Une personne passe devant des affiches de campagne électorale avant le second tour des élections législatives anticipées en France. /Yara Nardi/Reuters

Les derniers sondages de campagne avant le second tour décisif de ce week-end en France laissent présager un parlement sans majorité absolue, le Rassemblement national, arrivé en tête après le premier tour, étant sur le point de remporter au moins 220 sièges au Parlement.

Au moins 289 députés sont nécessaires pour obtenir une majorité – le parti populiste devrait donc égaler ou dépasser ce total pour pouvoir former le premier gouvernement d’extrême droite français depuis la Seconde Guerre mondiale.

La coalition de gauche, le Nouveau Front populaire, devrait remporter au moins 165 députés, et le parti du président Macron devrait obtenir au moins 120 sièges.

Plus de 50 candidats et militants français ont été agressés physiquement à l’approche du scrutin décisif de ce week-end.

La porte-parole du gouvernement français et son équipe ont été attaqués par plusieurs personnes plus tôt cette semaine, laissant l’un de ses militants avec la mâchoire cassée.

Prisca Thevenot, députée Renaissance d’Emmanuel Macron, collait des affiches électorales avec son équipe lorsqu’un groupe de personnes les a agressées le 3 juillet.

Le 5 juillet, le ministre de l’Intérieur a déclaré qu’au moins 50 personnes avaient été agressées à l’approche du second tour des élections générales, prévu dimanche.

Quelque 30.000 policiers, dont 5.000 dans la capitale, seront mobilisés dimanche pour tenter de répondre à d’éventuels troubles, que certains responsables politiques craignent en cas de victoire de l’extrême droite.

Les partis d’opposition de gauche et du centre espèrent que les gens voteront de manière tactique pour bloquer la voie de l’extrême droite au gouvernement.

Le Rassemblement national reste néanmoins confiant dans sa capacité à obtenir une majorité absolue. Le parti souhaite réduire drastiquement l’immigration légale et illégale, renforcer la sécurité aux frontières et abroger la réforme controversée des retraites du président Macron.

Jordan Bardella, 28 ans, d’origine italienne et algérienne, est le nouveau visage du groupe populiste et son successeur potentiel est Gabriel Attal.

L’actuel Premier ministre a passé la semaine à faire campagne pour les candidats centristes et à lutter pour priver l’extrême droite d’une majorité absolue.

Les discussions et les calculs de cette semaine ont envisagé la possibilité d’une grande coalition de style allemand composée de différents partis.

Le gouvernement estime que cette mesure pourrait être nécessaire pour empêcher l’extrême droite d’accéder au pouvoir. Quoi qu’il en soit, la France entrera en territoire inconnu ce week-end.

Violences et incertitudes avant le vote décisif du Parlement français

Publications similaires