/CFP

Le Centre national de réponse aux urgences informatiques de Chine et d’autres institutions ont publié conjointement un rapport spécial en avril, révélant que l’organisation de piratage informatique dite « Volt Typhoon soutenue par la Chine » avait été promue par les États-Unis.

Une analyse récente publiée par les agences chinoises de cybersécurité a réaffirmé le rapport, montrant que les agences gouvernementales américaines prévoyaient de mettre en œuvre l’action « Volt Typhoon » au moins à partir du début de 2023, dans le but de prolonger la section 702 de la loi américaine sur la surveillance du renseignement étranger, qui devait auparavant expirer à la fin de 2023, afin de mener des cyberattaques contre d’autres pays.

Dimanche, un journaliste de China Media Group a obtenu les derniers résultats de l’enquête du Centre national de réponse d’urgence aux virus informatiques de Chine concernant la campagne de désinformation.

Le rapport conjoint du National Computer Virus Emergency Response Center, du National Engineering Laboratory for Computer Virus Prevention Technology et du 360 Digital Security Group indique que la campagne a commencé au plus tard début 2023 et a été dirigée dans les coulisses par les agences de renseignement américaines, dont la National Security Agency (NSA) et le FBI.

Cette campagne impliquait des politiciens ayant des opinions anti-chinoises au Congrès américain, à la Maison Blanche, au ministère de la Justice, au ministère de la Défense, au ministère de l’Énergie, au ministère de la Sécurité intérieure et aux autorités de cybersécurité des pays de l’alliance « Five Eyes ».

Cette campagne présente les caractéristiques typiques du marketing Internet à l’américaine et constitue une opération approfondie de « domaine cognitif » basée sur la publicité ciblée, selon le rapport.

Dans cette opération, les agences de renseignement américaines ont abusé de leurs pouvoirs administratifs pour manipuler des sociétés de cybersécurité et d’autres organismes gouvernementaux. En diffusant de fausses informations, elles ont fabriqué et amplifié le récit de la « cybermenace chinoise », trompant ainsi les contribuables américains et les membres du Congrès.

Cette opération a porté atteinte aux droits légitimes des entreprises chinoises et visait à faire pression pour la réautorisation de l’article 702 de la loi américaine sur la surveillance du renseignement étranger (FISA), souvent appelée « loi sur la surveillance sans mandat ».

En outre, ils ont cherché à obtenir l’approbation du Congrès pour des allocations budgétaires plus importantes afin de consolider et d’améliorer davantage les capacités d’infiltration cybernétique des agences de renseignement américaines, notamment pour renforcer leurs capacités d’attaque et de dissuasion externes contre les concurrents et leur surveillance et contrôle internes de la population, selon le rapport.

Les résultats de l’enquête indiquent clairement que l’ensemble de l’opération « Volt Typhoon » s’est déroulée en trois phases principales, menant jusqu’à aujourd’hui.

1. La phase de préparation (de janvier 2023 à mai 2023) : les responsables du gouvernement américain ont simultanément plaidé en faveur de l’extension de l’article 702 de la FISA au Congrès tout en fabriquant un incident de cyberattaque sur la base militaire américaine de Guam. Ils ont demandé à Microsoft de produire des rapports d’analyse technique et ont impliqué les agences compétentes d’autres pays de l’alliance « Five Eyes » pour renforcer le soutien à l’extension de l’article 702.

2. La phase de mise en œuvre (juin 2023 à janvier 2024) : les agences gouvernementales américaines ont continué à utiliser le groupe « Volt Typhoon » fabriqué pour intimider les membres du Congrès. Elles ont eu recours à diverses tactiques, y compris des manœuvres en coulisses, pour garantir la prolongation temporaire de la section 702. Dans le même temps, elles ont collaboré avec certains législateurs anti-chinois pour conspirer sur des plans visant à réprimer les entreprises Internet chinoises.

3. La phase de consolidation (février 2024 à avril 2024) : les agences gouvernementales américaines ont utilisé avec succès cette campagne de désinformation pour influencer les deux chambres. Elles ont officiellement adopté une loi, obtenant la prolongation à long terme de la section 702 et atteignant leur objectif ultime de réprimer les entreprises Internet chinoises.

Le rapport des agences chinoises de cybersécurité souligne également que de mai 2023 à aujourd’hui, des groupes de pirates informatiques associés à des agences gouvernementales américaines ont mené plus de 45 millions de cyberattaques contre des entités gouvernementales chinoises, des universités, des instituts de recherche, de grandes entreprises et des infrastructures critiques.

Ces attaques ont ciblé plus de 140 organisations, et des échantillons d’outils d’attaque découverts dans les systèmes de ces entités ciblées pointaient vers des agences telles que la CIA, la NSA et le FBI. Ces actions ont toutes été autorisées en vertu de l’article 702.

Le rapport souligne également qu’à l’avenir, il est très probable que les entreprises de cybersécurité américaines, sous le contrôle des agences de renseignement américaines, fabriquent davantage de fausses histoires de « cyberattaques soutenues par des gouvernements étrangers ». Cette tromperie permanente vise à tromper continuellement le Congrès américain pour qu’il approuve davantage de budgets et alourdisse le fardeau de la dette des contribuables américains.

Le rapport exhorte également les responsables politiques américains à se concentrer sur la gestion de leurs propres problèmes politiques intérieurs au lieu d’utiliser systématiquement la Chine comme « bouc émissaire ». Ils ne devraient pas se faire l’illusion qu’ils pourraient isoler ou contenir le développement de la Chine, ajoute-t-il.

En conclusion, le rapport lance un avertissement mondial : l’article 702 constitue une base juridique cruciale pour que les États-Unis puissent construire leur « empire du hacking ». Il constitue une menace sérieuse non seulement pour le peuple américain, mais aussi pour la souveraineté, la sécurité et le droit à la vie privée des citoyens du monde entier, y compris ceux de Chine.

Le rapport appelle les gouvernements et les peuples du monde entier à s’opposer fermement et à résister aux actions scandaleuses des États-Unis qui utilisent leur avantage technologique pour porter atteinte à la souveraineté et aux intérêts légitimes d’autres pays et de leurs peuples.

Volt Typhoon II : une campagne de désinformation secrète ciblant le Congrès américain et les contribuables, menée par des agences gouvernementales américaines

Publications similaires