Gabriel Attal, Premier ministre français et groupe de la majorité présidentielle française

L’alliance des partis de gauche, le Nouveau Front populaire (NFP), a remporté le second tour des élections législatives françaises et devrait détenir entre 175 et 205 sièges à l’Assemblée nationale, selon les projections publiées par le cabinet d’études Elabe.

La coalition du président français Emmanuel Macron arrive en deuxième position avec la possibilité d’obtenir 150 à 175 sièges, tandis que le parti d’extrême droite et ses alliés n’obtiendraient que 115 à 150 sièges, a indiqué Elabe dans ses projections.

Aucun parti n’obtiendrait la majorité absolue des 289 sièges de l’Assemblée nationale française qui compte 577 membres.

S’exprimant après la publication de plusieurs projections confirmant la victoire du NFP, le chef de file de la gauche française Jean-Luc Mélanchon a « salué » l’effort et la mobilisation des Français qui ont voté en faveur du NFP.

« Notre peuple a clairement évité la pire solution pour lui », a-t-il dit, en référence au Rassemblement national (RN). « Nous avons obtenu un résultat qu’on nous avait dit impossible », a déclaré Mélanchon, chef de file de La France insoumise (gauche).

Selon lui, le résultat des élections est « un immense soulagement » pour la plupart des Français. « La volonté du peuple doit être strictement respectée (…) La défaite du président de la République et de sa coalition est clairement confirmée », a-t-il déclaré à ses partisans.

« Le Premier ministre doit démissionner. Le président doit appeler le Nouveau Front populaire à gouverner », a-t-il déclaré.

L’ancien président français François Hollande, membre du Parti socialiste français (PS) et candidat du NFP, est également élu député à l’issue du second tour.

« J’ai considéré que mon devoir, malgré les positions que j’occupais, était de tout faire pour empêcher l’extrême droite d’arriver au pouvoir, mais aussi d’ouvrir une voie d’espoir », a-t-il déclaré lors d’un rassemblement.

L’ancien président français a souligné que le PFN a la responsabilité de « remplir son rôle » au sein de la future Assemblée nationale.

Après la défaite du RN, son président Jordan Bardella a remercié les partisans du RN. « Malheureusement, les alliances du déshonneur privent ce soir les Français d’une politique de redressement. Ce soir, les accords électoraux jettent la France dans les bras de l’extrême gauche de Jean Luc Mélenchon », a-t-il déclaré.

« Le Rassemblement national incarne plus que jamais la seule alternance et sera aux côtés du peuple français. Nous ne voulons pas le pouvoir pour le pouvoir mais le rendre aux Français », a souligné le leader d’extrême droite de 28 ans.

Même si le RN n’a pas réussi à devenir le plus grand parti à l’Assemblée nationale, il disposerait néanmoins de plus de sièges que dans l’assemblée précédente.

Le Premier ministre français Gabriel Attal a annoncé dimanche soir qu’il présenterait lundi sa démission au président français Emmanuel Macron, après la défaite de la coalition centriste de Macron aux élections.

« Ce soir, le groupe politique que je représente dans cette campagne a obtenu trois fois plus de sièges que ce qui était prévu ces dernières semaines, mais n’a pas de majorité », a déclaré M. Attal dans une allocution télévisée.

« Fidèle à la tradition républicaine et conformément à mes principes, je remettrai demain matin ma démission au président de la République », a-t-il déclaré.

Estimant que les Français pourraient ressentir une forme d' »incertitude » sur l’avenir suite aux résultats des législatives, M. Attal a souligné qu’il assumerait « évidemment » son rôle de Premier ministre aussi longtemps que nécessaire, sachant que la France accueillera dans trois semaines les Jeux olympiques.

Même si Attal devrait présenter sa démission à Macron lundi, ce dernier n’est pas obligé de l’accepter immédiatement.

Les résultats provisoires officiels devraient être publiés par le ministère français de l’Intérieur tard dimanche soir ou tôt lundi matin.

Publications similaires