Ville de Sanya, province de Hainan, au sud de la Chine. /CFP

L’environnement des affaires est aujourd’hui un enjeu majeur à Hainan. Ces dernières années, la province insulaire du sud de la Chine a réalisé de solides progrès dans la construction d’un port de libre-échange de haut niveau.

Depuis la construction du FTP en 2020, Hainan a réalisé 140 innovations institutionnelles pour optimiser l’environnement des affaires et améliorer la gouvernance sociale. Jusqu’à présent, 11 d’entre elles ont été ordonnées par le Conseil des affaires d’État, le gouvernement chinois, pour être reproduites dans d’autres régions du pays.

Fin 2022, le premier département de construction de l’environnement des affaires de Chine a été inauguré à Hainan, avec pour mission de servir les entreprises et de diriger l’innovation institutionnelle pour améliorer l’environnement des affaires. Son système de crédit allume le « feu de circulation » dans les services gouvernementaux tels que l’approbation des projets et la supervision des entreprises pour protéger les droits et intérêts équitables des investisseurs.

Selon le ministère, le délai d’approbation des projets de construction a été réduit de 50 % au cours des deux années précédentes et, à la fin du mois de mars de cette année, le nombre d’entités du marché a augmenté de 322 % par rapport à 2019.

Grâce aux innovations institutionnelles, l’utilisation réelle des investissements étrangers à Hainan a augmenté de plus de 63 % en moyenne par an entre 2018 et 2023, selon les données du gouvernement de Hainan.

En 2023, Hainan a lancé une initiative appelant à davantage de partenariats entre les zones de libre-échange (ZLE) du monde entier. L’initiative compte désormais 34 membres.

Alors que la province s’efforce de s’aligner sur les meilleures normes internationales, elle devient un paradigme de réforme et d’ouverture dans la nouvelle ère.

Pont routier de Zhapu, Shanghai, est de la Chine. /CFP

La Chine compte actuellement 21 zones de libre-échange et le port de libre-échange de Hainan. Depuis la création de la première zone de libre-échange pilote à Shanghai en 2013, les zones de libre-échange chinoises jouent un rôle crucial pour attirer les investissements étrangers et stabiliser le commerce extérieur.

Depuis 2013, la liste négative d’accès aux investissements étrangers de ces zones de libre-échange a été révisée sept fois, réduisant le nombre d’éléments de 190 à 27. Entre-temps, elles ont déployé 278 innovations institutionnelles, couvrant notamment la facilitation des investissements, la libéralisation du commerce et l’ouverture financière.

Actuellement, l’industrie manufacturière dans les zones franches pilotes est entièrement ouverte et le secteur des services est plus libéralisé que celui de l’ensemble du pays.

Selon les données du ministère du Commerce, de janvier à mai de cette année, plus de 21 000 nouvelles entreprises à capitaux étrangers ont été créées en Chine, soit une augmentation de 17,4 % sur un an.

Malgré les divers défis rencontrés ces dernières années, la Chine reste l’une des plus grandes destinations d’investissement direct étranger au monde, en raison de ses chaînes d’approvisionnement inégalées et de sa détermination à améliorer l’environnement des affaires.

En 2019, la Chine a publié le Règlement sur l’optimisation de l’environnement des affaires, marquant les efforts juridiques du pays pour préciser les principes et les orientations visant à favoriser un environnement commercial stable, équitable, transparent et prévisible.

Dans un rapport de la Banque mondiale de 2020 sur la facilité de faire des affaires, la Chine se classe au 31e rang sur 190 pays et régions, contre le 96e rang en 2013.

En mai dernier, l’Administration d’État chinoise pour la régulation du marché (SAMR) a publié un projet de 40 mesures visant à optimiser l’environnement des affaires pour consultation publique.

La SAMR s’est engagée à continuer d’améliorer la gestion de l’enregistrement des entreprises à capitaux étrangers en affinant le système d’enregistrement et en simplifiant les procédures de notarisation et de certification.

Publications similaires