Les États-Unis s’apprêtent reconnaitre le génocide arménien, envoyant ainsi un message au monde entier

Les États-Unis s’apprêtent reconnaitre le génocide arménien, envoyant ainsi un message au monde entier

La possible reconnaissance du génocide arménien par le président américain Joe Biden est une étape pour réparer un tort historique, a déclaré Emily Schrader, PDG de Social Lite Creative et chercheuse à l’Institut de Tel Aviv, dans un article publié au Jerusalem Post.

Selon l’écrivain, Israël et de nombreux autres pays refusent toujours de reconnaître le génocide arménien commis par l’Empire ottoman en 1915.

« Dans le cas d’Israël, le gouvernement a refusé de reconnaître le génocide arménien, en raison de la relation politique instable mais stratégique avec la Turquie. Pendant des décennies, la Turquie a fait chanter et menacé des nations si elles envisageaient même de reconnaître le génocide arménien », a déclaré Emily Schrader, notant que si dans le passé Israël dépendait de la Turquie en tant que l’un des seuls États musulmans avec lesquels il avait une coopération et des relations diplomatiques, au fil des décennies, la Turquie est devenue de plus en plus hostile à Israël avec l’arrivée du président Recep Tayyip Erdogan.

« Aujourd’hui, Israël est moins dépendant que jamais de la Turquie, en particulier du fait de ses relations émergentes avec les États arabes. Pourtant, au lieu de reconnaître le génocide arménien et de se tenir sans équivoque du bon côté de l’histoire, le gouvernement israélien a vendu le peuple arménien, en vendant des armes à l’Azerbaïdjan pendant qu’il bombarde les villes arméniennes », dit l’écrivain.

L’auteur note que « le génocide arménien n’était pas simplement un événement horrible qui s’est produit. C’était sans doute le génocide orchestré le plus horrible que le monde ait jamais connu (à l’époque), et pas dans le contexte d’une guerre, mais parce que les Arméniens étaient chrétiens ».

Les petites nations moins soutenues que les grosses

Emily Schrader a jugé absolument inadmissible que la communauté des nations ait continué à permettre à la Turquie d’utiliser sa position géopolitique pour intimider les autres nations afin qu’elles nient ou refusent de reconnaître le génocide arménien.

« Pendant des décennies, la Turquie a activement censuré ceux qui reconnaissent le génocide en Turquie même, et a même détruit des preuves. Auparavant, elle emprisonnait même des universitaires qui osaient appeler le génocide arménien un génocide. »

A titre comparatif, concernant l’Allemagne, le monde a exigé des comptes et aujourd’hui, la négation de l’Holocauste est illégale. De son côté, la Turquie a rendu illégale le fait de ne pas nier le génocide arménien, et le monde entier est complice en lui permettant de le faire, juge Emily Schrader.

« Si même quelques-unes des superpuissances du monde avaient reconnu le génocide arménien dès le premier jour, nous vivrions aujourd’hui dans une réalité différente, où les plus petites nations n’auraient pas peur de reconnaître le fait historique évident au détriment d’un peuple qui était presque éliminé. »

« L’administration Biden qui s’apprête à reconnaitre le génocide arménien enverrait non seulement un message moralement nécessaire au peuple arménien au nom des États-Unis, mais aussi un message au monde. Le temps de la reconnaissance est venu », a écrit Emily Schrader.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.