Purges en Turquie : l’OTAN appel au respect de l’Etat de droit

Purges en Turquie : l’OTAN appel au respect de l’Etat de droit

Le secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg a exhorté Ankara à respecter pleinement les règles de l’Etat de droit, après la nouvelle série de purges massive à l’encontre de présumés partisans du prédicateur Fethullah Gülen.

Purges d’une ampleur inédite

En visite à Malte à l’occasion d’un réunion de l’Union européenne, Jens Stoltenberg a ainsi affirmé que la Turquie avait bien entendu le droit de punir les responsables de la tentative de putsch avorté en juillet 2016, mais que le pays devait respecter les principes de l’Etat de droit.

L’agence de presse progouvernementale Anadolu a indiqué que quelque 1.120 personnes avaient été arrêtées ce mercredi matin en raison de leurs liens présumés avec le prédicateur exilé aux Etats-Unis Fethullah Gülen et que plus de 9.100 policiers avaient été suspendus pour les mêmes raisons.

Au total, ce serait plus de 3.200 personnes qui seraient visées par un mandat d’arrêt, selon l’agence de presse, qui a précisé que 8.500 policiers étaient mobilisés pour procéder à leur interpellation.

Avec les récents bombardements à l’encontre de kurdes en Syrie et en Irak, la Turquie souhaite prouver avec ces nouvelles purges qu’elle ne faiblira pas contre le « terrorisme » à l’intérieur et à l’extérieur de ses frontières.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.