Angela Merkel : chapitres de fin

Angela Merkel : chapitres de fin

Après près de quinze années passées à la tête de l’Allemagne, Angela Merkel est dans une position très difficile. L’élection régionale en Hesse du 28 octobre vient de sanctionner la politique de la chancelière allemande. Sa coalition gouvernementale reste en tête, mais est très affaiblie. A tel point qu’Angela Merkel vient de faire savoir qu’elle ne se présenterait pas à la tête de son parti (CDU) dans un mois et ne briguerait pas un nouveau mandat de chancelière en 2021.  

L’Union européenne est soumise à une tectonique des plaques constante, mais lorsque c’est l’Allemagne qui vacille, nul ne peut dire de quel côté penchera demain l’édifice européen. Au lendemain d’une victoire aux allures de défaite, la CDU fait grise mine. Elle n’a recueilli que 27 % des suffrages soit 10 % de moins qu’aux dernières élections en Hesse en 2013. Les élections régionales se suivent et laissent un goût amer à la chancelière Merkel. Déjà contestée dans son camp, celle qui occupe la place de numéro un de la CDU depuis 2000 a d’ores et déjà tiré les conclusions de scrutins toujours plus compliqués pour son parti.

Angela Merkel a annoncé aujourd’hui qu’elle ne briguerait ni la présidence de la CDU dans quelques semaines, ni un prochain mandat en 2021. La chancelière entend ménager les chances de son parti en se sacrifiant sur l’autel du suffrage universel. Un geste qui était attendu par de nombreux membres de son parti, mais qui ne sera peut-être pas suffisant pour sauver le navire de la CDU.

La coalition CDU-SPD est au plus mal (le SPD a récolté 19,8 % des suffrages) et ce sont les écologistes et l’AfD qui tirent profit d’un crépuscule électoral assez spectaculaire. Si les électeurs ne font plus confiance à celle qui dirige l’Allemagne depuis 14 ans, c’est en grande partie en raison du traitement de la question migratoire. La CDU et Angela Merkel ont plaidé pour une attitude très ouverte qui a causé un appel d’air en plein cœur de l’Union européenne. Malmenée par plusieurs de ses partenaires européens, la chancelière voit se retourner des électeurs allemands qui ne comprennent plus une telle politique. Désormais, l’AfD est présente dans tous les Parlements régionaux et s’impose comme une force nationale qui compte.

Les extrêmes poussent et la coalition d’Angela Merkel aura bien du mal à parvenir jusqu’aux élections législatives de 2021. Plusieurs personnalités de cette coalition laissent planer le doute quant à leur participation renouvelée à un pouvoir qui rebute désormais une majorité d’électeurs.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.