Feu vert italien pour le TGV Lyon-Turin

Feu vert italien pour le TGV Lyon-Turin

Après des années d’atermoiement, l’Italie a enfin donné une réponse définitive au sujet de la liaison ferroviaire Lyon-Turin. Le gouvernement italien a fait savoir qu’il s’engageait pleinement dans un projet qui ne fait pourtant pas l’unanimité au sein de la coalition au pouvoir. Les travaux ont d’ores et déjà commencé et ils ont été évoqués pour justifier cette décision qui ne manque déjà pas de faire réagir ceux qui se battent contre ce projet censé renforcer les liens économiques entre la France et l’Italie.

L’Italie et la France auront donc un nouvel axe de communication. Le projet de train à grande vitesse Lyon-Turin a été validé par Rome à la dernière minute. En effet, le gouvernement italien avait jusqu’au 26 juillet pour faire part à l’Union européenne de sa position définitive à ce sujet. Le président du Parlement européen, David Sassoli, a annoncé la décision italienne. Elle constitue un soulagement pour tous les acteurs des deux côtés des Alpes. L’Union européenne est particulièrement intéressée dans la mesure où elle financera le projet à hauteur de 40 %.

Un financement conséquent puisque ce sont 20 milliards d’euros qui seront nécessaires pour relier Lyon à Turin. A lui seul, le tunnel de 58 kilomètres qui sera construit sous les Alpes coûtera la bagatelle de 8,5 milliards d’euros. L’Italie doit compléter le plan de financement à hauteur de 35 % tandis que la France doit mettre les 25 % restants. Le président du Conseil italien, Giuseppe Conte a expliqué que l’arrêt du chantier serait finalement plus coûteux que de poursuivre à bien les travaux.

La position du Premier ministre italien est appuyée par l’homme fort de la coalition, Matteo Salvini, mais contestée par le Mouvement 5 étoiles. Le sujet est brûlant et risque d’envenimer les relations entre les différents éléments d’une coalition gouvernementale qui s’est toutefois montrée plus solide que ne le pensaient les observateurs. La décision est contestée par certaines associations de lutte pour la préservation de l’environnement. Une manifestation dans le Piémont a d’ailleurs été organisée hier afin de redire le refus de certains de voir ce projet ferroviaire arriver à son terme.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.