Eurovision 2019 : fin de partie pour une Ukraine trop politisée

Eurovision 2019 : fin de partie pour une Ukraine trop politisée

L’Eurovision est un concours qui déchaîne les passions dans certains pays. Cela est d’autant plus vrai en Russie et en Ukraine où les chanteurs qui ont l’opportunité de représenter leur pays sont considérés comme des ambassadeurs de premier ordre. Un concours sur lequel la politique pèse désormais trop en Ukraine où quatre groupes pressentis pour porter les couleurs du pays ont finalement renoncé. Les pressions politiques sont si fortes que plus personne n’accepte de prendre part à son concours. Quand la politique fait mal aux artistes et aux messages de paix.

L’Eurovision n’est pas qu’une innocente compétition au cours de laquelle les téléspectateurs européens ont l’opportunité de voir des artistes étrangers qu’ils n’auraient certainement jamais eu l’occasion de voir. Pour cette édition 2019, ce sont les artistes ukrainiens qui ne seront jamais aperçus par les téléspectateurs. Le diffuseur national UA:PBC a annoncé hier que « la société nationale de radio et de télévision d’Ukraine refuse de prendre part à l’Eurovision-2019 ». C’est une surprise au regard de l’importance qu’a le concours de l’Eurovision en Ukraine, mais cela est tout à fait logique à la vue des pressions qui s’exercent sur les artistes.

La chanteuse Maruv avait remporté les votes du public pour représenter l’Ukraine lors cette édition 2019 qui aura lieu en Israël. Un honneur qui s’est vite transformé en piège pour une artiste devenue en quelques heures l’objet de toutes les exigences du gouvernement ukrainien. Le pays est en conflit avec la Russie depuis l’annexion de la Crimée par les troupes russes en 2014. Maruv a donc été invitée à ne plus se produire dans un pays considéré comme ennemi. Une condition aux conséquences financières douloureuses pour Maruv. Pourtant cette dernière a accepté cette exigence. Il semblerait que les pressions aient été plus fortes encore puisque la chanteuse a finalement refusé de participer à l’Eurovision et a déclaré ne pas vouloir se « produire avec des slogans transformant (sa) performance en une campagne de promotion pour nos politiciens (…) Je suis une musicienne, pas un outil dans l’arène politique ».

Un refus qui aurait pu n’être qu’un mouvement d’humeur mais en deux jours ce sont trois autres groupes qui ont refusé de porter les couleurs ukrainiennes en Israël. C’est la douche froide pour les organisateurs ukrainiens qui ont donc décidé de jeter l’éponge. Il n’y aura pas de représentant ukrainien cette année et ce sont les politiques qui peuvent s’en mordre les doigts. En voulant toujours plus politiser un concours de chant, ils ont montré leur incapacité à laisser leurs concitoyens oublier les affres d’un conflit qui est loin d’être terminé.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.