Kinder : pour les enfants, par les enfants

Kinder : pour les enfants, par les enfants

L’affaire a été révélée par le quotidien britannique The Sun mardi dernier : les jouets présents à l’intérieur des œufs en chocolat Kinder seraient fabriqués par des enfants roumains.

4 euros les 1.000 jouets

Le quotidien anglais explique que des familles roumaines travailleraient jusqu’à 13 heures par jour pour confectionner ces jouets. Sur environ 1 000 jouets assemblés, une famille gagnerait 20 lei roumains, soit à peine plus de 4 euros.

Ces “surprises” sont finalement insérées dans leur fameuse coquille jaune, puis dans un sac en plastique, pour ensuite être acheminées vers la ville de Carei, dans le Nord Ouest de la Roumanie, afin d’être vendues dans une usine de la ville de Carei au prix de 95 centimes la pièce.

Dans une interview filmée publiée en même temps que son article, The Sun réussit à obtenir un témoignage d’une mère de famille roumaine, qui explique mettre à contribution ses enfants âgés de 6 et 11 ans pour la confection de ce petits objets. Elle explique le faire par désarroi. “Je sais que c’est nul, mais c’est mieux que rien”, explique-t-elle.

Les matériaux nécessaires à la fabrication de ces jouets sont envoyés aux travailleurs roumains par une entreprise nommée Prolegis, qui sous-traite pour Romexa SA. Contacté par le Daily Mail, Daniel Muresan, chef de secteur chez Romexa SA affirme qu’il n’a jamais eu connaissance de telles pratiques, certifiant enquêter régulièrement sur le bon respect du Code de conduite demandé par Ferrero, propriétaire la marque Kinder.

Le géant de la confiserie milite également en faveur de la justice salariale, exigeant que chacun de ses employés touche le salaire minimum local ou national. Pour un ouvrier roumain, le salaire minimum est de 984 lei roumains mensuels, soit environ 218 euros.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.