Milan organisera les JO d’hiver 2026

Milan organisera les JO d’hiver 2026

Vingt ans après les Jeux Olympiques d’hiver organisés à Turin, la péninsule italienne aura l’honneur d’accueillir de nouveau les JO en 2026. La ville de Milan a été sélectionnée par le comité international olympique à l’issue d’un vote qui a porté la candidature milanaise au sommet. Seule ville encore capable d’arracher à Milan l’organisation des JO 2026, Stockholm n’a finalement recueillie que 34 voix contre 47 pour son adversaire victorieux.

C’est une grande satisfaction qui s’est emparée de la délégation olympique italienne depuis près de 24 heures. La raison est toute simple, mais digne d’être fêtée puisque Milan a été désignée comme ville hôte des JO d’hiver 2026. Une municipalité qui a reçu le soutien d’un gouvernement italien mobilisé et d’une organisation qui n’a pas hésité à jouer avec la géographie pour proposer des Jeux de qualité et relativement peu coûteux. Le budget n’est en effet que de deux milliards d’euros soit un retour à la normale après une inflation qui a culminée à Sotchi en 2014.

Outre Milan, ce sont deux régions italiennes qui seront en fête et sous l’œil de dizaines millions de téléspectateurs. Les épreuves de ski alpin auront lieu à Bormio pour les hommes tandis que le prestigieux site de Cortina d’Ampezzo accueillera les épreuves de ski alpin des athlètes féminines. Des sites habitués à recevoir des compétitions sportives d’envergure et qui ont permis au budget de ne pas atteindre des sommes folles.

C’est d’ailleurs en raison des craintes de voir le budget s’envoler que plusieurs candidatures n’ont pas été poussées jusqu’au bout. Ainsi, quatre villes prestigieuses pour l’organisation des Jeux Olympiques d’hiver ont renoncé à candidater : Sion (Suisse), Graz (Autriche), Saporo (Japon) et Calgary (Canada). Seul le site d’Erzurum avait été écarté par le CIO lui-même en octobre 2018.

Ce type de craintes avait également fleuri en Suède lorsque le pays s’était retrouvé sans gouvernement. Finalement, le Premier ministre suédois, Stefan Löfven, a assuré « tout son soutien » à la candidature de Stockholm, mais ce sont les arguments italiens qui ont pesé le plus lourd dans la balance. Le Premier ministre italien s’est félicité du succès milanais depuis sont compte Twitter : « « Nous sommes fiers de ce superbe résultat. C’est l’Italie qui a gagné, tout un pays qui a travaillé uni avec l’ambition de réussir et d’offrir au monde un évènement sportif mémorable ». Un événement qui engendrera « au moins cinq milliards de valeur ajoutée et 20 000 emplois, en plus de tant de routes et d’installations sportives » selon Matteo Salvini, ministre italien de l’Intérieur.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.