Dernier budget d’austérité pour la Grèce ?

Dernier budget d’austérité pour la Grèce ?

Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, est parvenu à faire adopter le budget 2018 par le Parlement. Une étape importante dans la reconstruction économique du pays comme l’a souligné le gouvernement. En effet, il pourrait s’agir du dernier budget financé grâce au plan d’aide de l’Union européenne. L’exercice suivant sera possible grâce à un retour prévu sur les marchés financiers en août prochain. Une fin de crise définitive ?

Depuis 2010, l’Etat grec est sous la double tutelle du Fonds Monétaire International et de l’Union européenne. Depuis cette date, les budgets ont été soigneusement surveillés par ces deux instances et acceptés en contrepartie de réformes souvent au goût amer pour la population. Après presque une décennie de chute vertigineuse de la croissance, cet indicateur est de nouveau dans le vert avec une prévision de l’ordre de 1,6 % pour cette année et de 2,5 % en 2018. Une croissance – certes faible – mais positive dont peut se prévaloir l’exécutif.

Devant les députés, Alexis Tsipras a promis un avenir bien meilleur : «  Nous laissons derrière nous une époque que personne ne voudra se rappeler. Nous avons retrouvé de la crédibilité dans la gestion des fonds publics ». Une crédibilité qui va être testée dès août 2018 avec la fin du plan de l’Union européenne (le FMI s’est déjà désengagé). Le retour à la normale prend forme, mais reste une promesse et un objectif fragile.

L’opposition s’est fait un devoir de rappeler que le budget voter censé dégager un surplus de 3,5 % du pays ne fait que « répéter les mêmes erreurs » passées. Le chef de Nouvelle Démocratie, Kyriakos Mitsotakis, soutient qu’il s’agit d’ « un budget d’austérité de plus, qui va freiner la croissance, un budget qui augmente les impôts. Un budget injuste et donc impopulaire ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.