La Hongrie va bloquer l’accord de commerce et de développement de l’UE avec l’Afrique et le Pacifique

La Hongrie va bloquer l’accord de commerce et de développement de l’UE avec l’Afrique et le Pacifique

La Hongrie ne peut pas approuver un nouvel accord de commerce et de développement de l’Union européenne avec les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique car cela attirerait plus de migrants dans le bloc, a déclaré le ministre des Affaires étrangères du pays.

Le refus de Budapest de ratifier l’accord avec 79 pays, qui a été accepté par les négociateurs de l’UE en décembre, mettrait en péril des années de négociations pour mettre à jour le traité de développement de Cotonou, vieux de deux décennies, avec de nouvelles dispositions dans des domaines tels que la protection du climat, les droits de l’homme et les migrations.

Cette décision n’est qu’une partie des blocages opéré par le pays à l’adresse des politiques de l’UE. Cette semaine, la Hongrie a refusé de soutenir l’appel de l’UE à un cessez-le-feu dans la violence entre Israël et les Palestiniens.

« Toutes nos propositions ont été balayées de la table, donc nous ne donnerons sûrement pas nos noms à cet accord », a déclaré le ministre hongrois des Affaires étrangères Peter Szijjarto à propos de l’accord post-Cotonou.

La Hongrie tourne le dos à l’immigration

« Il n’y a pas besoin de nouvelles vagues de migration, surtout maintenant », a-t-il déclaré aux journalistes à Bruxelles, faisant référence à l’impact du COVID-19.

Le nouveau traité, appelé Post-Cotonou, doit être ratifié par les 27 États de l’UE pour entrer en vigueur. En plus du commerce et l’aide au développement, il comprend des moyens pour les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique de récupérer les migrants dont les demandes d’asile ont échoué dans l’UE.

Mais le Premier ministre nationaliste hongrois Viktor Orban, qui rejette les efforts de l’UE pour répartir les réfugiés à travers le bloc, s’est opposé à certains des termes de l’accord post-Cotonou, qui vise à aider la plupart des anciennes colonies des pays de l’UE.

Le traité autoriserait une certaine migration légale des citoyens d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique vers l’UE par le biais de visas et de regroupement familial, par exemple.

Viktor Orban a déclaré dans une interview en septembre que la Hongrie ne voulait pas « d’une société parallèle, ou d’une société ouverte ou d’une culture mixte », qui incluait des migrants musulmans de pays non membres de l’UE.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.