Le carnaval continue malgré la polémique

Le carnaval continue malgré la polémique

Les organisateurs du carnaval de Aalst défient les demandes du gouvernement israélien d’annuler l’évènement.

Une demande d’annulation de la part d’Israël

Le carnaval a été retiré de la liste des patrimoines culturels de l’UNESCO l’année dernière, à la suite des accusations d’antisémitisme. Les organisateurs s’opposent à la demande d’Israël d’annuler l’évènement cette année.

Sophie Wilmès, la premier ministre belge a rappelé que le carnaval de Aalst et son organisation étaient une affaire intérieure, alors qu’Israel Katz, le ministre des affaires étrangères israélien, demandait au gouvernement de l’interdire. L’ambassadeur d’Israël en Belgique, Emmanuel Nahshon a déclaré qu’il espérait que les organisateurs et les autorités du pays “allaient se reprendre”.

Le maire défend la liberté d’expression

L’année dernière, au cours du carnaval, des chars avaient transporté des représentations de juifs orthodoxes avec des nez crochus assis sur des sacs d’or. Une de ces figures portait également un rat sur son épaule. Les Nations Unies ont retiré le carnaval de Aalst de la liste des héritages culturels immatériels où il était inscrit depuis 2010. L’organisation a considéré que le carnaval avait trop souvent fait appel à des représentations à caractère raciste ou antisémite.

Le maire de Aalst, Christoph d’Haese, affilié au parti nationaliste flamand N-VA, a annoncé que la 92e édition du carnaval aurait bien lieu, afin de défendre la liberté d’expression. Il a rappelé qu’il fallait faire la différence entre l’éveil de conscience et l’interdiction. Le ministre du gouvernement flamand demande au maire de faire un effort pour convaincre les carnavaliers d’agir de manière plus éthique. La sécurité sera renforcée sur le parcours de la parade.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.