L’afflux de marchandises en provenance de Chine met à rude épreuve le réseau ferroviaire russe

L’afflux de marchandises en provenance de Chine met à rude épreuve le réseau ferroviaire russe

La croissance explosive des coûts de transport maritime incite les fabricants chinois à envoyer davantage de marchandises vers l’Europe par chemin de fer à travers la Russie, mais la croissance de la demande crée des goulots d’étranglement et met à rude épreuve la capacité du réseau.

Alors que les pays reconstituent frénétiquement leurs stocks et exportent des produits finis à mesure qu’ils se remettent de la pandémie, les coûts du transport maritime mondial se multiplient, faisant du rail une alternative attrayante.

Le monopole d’État des chemins de fer russes a déclaré que le trafic total de conteneurs transitant par la Russie a bondi de 40 % au cours des neuf premiers mois de 2021 à 782 000 EVP (équivalent vingt pieds), et pourrait atteindre un record de 1 million d’EVP cette année.

Au début de l’année, le coût du transport de marchandises dans des conteneurs par chemin de fer entre l’Asie et l’Europe était deux fois plus bas que par voie maritime. Aujourd’hui, il est 3,5 fois (inférieur)”, a déclaré la compagnie ferroviaire.

La majeure partie de la croissance s’est produite le long de la route Chine-Russie-Europe, où les volumes de transit pour les neuf premiers mois ont augmenté de 47% pour atteindre 568 700 EVP.

Une capacité limitée face à une croissance exponentielle

Mais les opérateurs de transport et les analystes affirment que la croissance rapide a exposé des problèmes d’infrastructure qui pourraient limiter considérablement les flux de transit.

Il s’agit notamment des pénuries de personnel – y compris les gestionnaires et les grutiers – et de matériel roulant, a déclaré Alexey Bezborodov, chef d’Infraproject, un cabinet de conseil qui analyse les données et les tendances dans les transports et les infrastructures.

Personne ne croyait à une augmentation aussi forte du trafic de transit avant la pandémie, et personne n’était prêt pour cela“, a-t-il déclaré.

Le groupe de transport et de logistique Delo a déclaré que les flux de marchandises étaient limités par la faible capacité des principales lignes ferroviaires et les goulets d’étranglement près des ports et des postes de contrôle frontaliers.

Une autre source de transport de conteneurs a cité des retards bureaucratiques et des problèmes techniques aux postes frontaliers où les conteneurs doivent être transférés d’un train à un autre en raison des différences d’écartement de la voie.

Le gouvernement a établi un plan à long terme pour augmenter la capacité ferroviaire. En 2018, le président Vladimir Poutine lui a ordonné de porter le transit de conteneurs à 1,7 million d’EVP d’ici 2024, soit une multiplication par quatre par rapport aux niveaux de 2017. La nouvelle stratégie de transport prévoit que les flux passeront à 3,7 millions d’EVP d’ici 2035, portant la part de la Russie dans le trafic de fret Asie-Europe à 15% contre 4% actuellement.

Un large plan de développement

Pour atteindre ces objectifs, les chemins de fer russes investissent 200 milliards de roubles (2,42 milliards d’euros) de 2019 à 2024 dans son projet “Transsib en 7 jours”, qui vise à réduire à une semaine le temps de transit des marchandises entre les frontières est et ouest du plus grand pays du monde, par rapport aux 11-14 jours habituels.

Cela fait partie d’un projet plus vaste d’une valeur de plus de 700 milliards de roubles (8,47 milliards d’euros) que les chemins de fer russes et le gouvernement financent depuis 2013, visant à stimuler les exportations de charbon, de métaux et d’autres produits de base vers les pays asiatiques en élargissant les lignes BAM et Transsib qui traversent la Sibérie.

Cet argent est dépensé sur des voies supplémentaires nécessaires pour contourner les trains lents ou venant en sens inverse, sur la construction et l’augmentation de la capacité des gares et sur le renforcement de l’approvisionnement en électricité, a expliqué le monopole.

L’opérateur de transport Delo a salué les investissements, même si ” pour des raisons objectives et subjectives, la mise en œuvre de ces mesures ne se fait pas aussi rapidement que nous le souhaiterions”, a déclaré un représentant de l’entreprise.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.