La Russie a déjà (presque) réussi son mondial

La Russie a déjà (presque) réussi son mondial

La coupe du monde de football qui s’est ouverte ce 14 juin a d’ores et déjà un parfum de victoire pour l’équipe russe. Raillée lors de sa préparation chaotique, la Sbornaïa a surpris son monde en enchaînant deux victoires de rang. Déjà qualifiée pour les huitièmes de finale, l’équipe nationale de Russie doit encore faire un bon résultat contre l’Uruguay pour éviter un prochain tour très difficile. Mais l’essentiel semble déjà ailleurs pour le pays hôte.  

Moquée, abandonnée par ses supporters et finalement célébrée dans les rues d’une Russie qui avait peur de rater sa coupe du monde. Tel est le destin de l’équipe de football russe. Si du côté des installations et de l’accueil, les autorités ont fait le nécessaire pour garantir une bonne image, l’aspect sportif a inquiété jusqu’au soir du 14 juin. Alors que le coup d’envoi du match d’ouverture était donné, peu de supporters pouvaient avancer avec confiance que ce premier tour serait une formalité. 90 minutes plus tard Moscou et le reste du pays étaient sur un nuage. La victoire 5-0 contre l’Arabie saoudite a donné des ailes à la Russie toute entière.

Sur leur lancée, les joueurs russes n’ont pas fait dans le détail non plus contre l’Egypte avec une victoire 3-1 acquise aux dépens d’un Mohamed Salah en souffrance. Une seconde victoire synonyme de qualification pour les huitièmes de finale. Mais la finale du groupe A contre l’Uruguay aura des airs de couperet puisqu’il s’agira de décrocher la première place et d’éviter peut-être ainsi la formidable armada espagnole.

Il reste donc au moins deux matchs à la sélection russe pour enflammer des supporters qui n’ont pas mis bien longtemps à reprendre des couleurs. Les rues de Moscou et de Saint-Pétersbourg sont entrées en liesse après la victoire ce mardi contre l’Egypte. Le Kremlin a même fait savoir que le président Poutine n’avait pas pu suivre le match en raison d’un déplacement, mais qu’il était « ravi » du résultat. La suite de la compétition doit être considérée comme un bonus à prendre sans pression. Les prochains rivaux de l’équipe de Russie ont du souci à se faire, car si le niveau de jeu développé n’est pas extraordinaire, l’abnégation des joueurs et le soutien de tout un pays peuvent faire des miracles même contre des formations plus fortes sur le papier. La Russie veut briller chez elles et les premiers feux allumés donnent déjà raison à sa stratégie.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.