Coupe du monde de rugby : le Japon voit la vie en ovale

Coupe du monde de rugby : le Japon voit la vie en ovale

La neuvième édition de la coupe du monde de rugby débute ce vendredi 20 septembre au Japon. L’archipel est le seul pays asiatique a avoir disputé une phase finale de coupe du monde de rugby. Présent depuis la première édition en 1987, le Japon n’a pourtant jamais passé le cap des poules. En accueillant le gratin mondial, le pays ne veut pas qu’être le pays hôte. L’objectif fixé par la fédération est de rentrer dans le Top 8 afin de faire vivre un sport qui connaît un certain engouement, mais qui ne pourra survivre à des résultats trop discrets.

L’internationalisation du rugby prend beaucoup plus de temps et d’efforts que celle de son cousin du football. Aujourd’hui, seule une petite dizaine de nations « comptent » sur la planète rugby et les pays qui suivent ont du mal à percer et à se faire une place de choix. C’est le cas du Japon, seul pays asiatique a avoir participé à une phase finale de coupe du monde. L’équipe des Cherry Blossom a d’abord été marquée par des résultats très difficiles comme lors de la défaite historique face à la Nouvelle-Zélande 145 à 17 en 1995.

Référence en Asie, le Japon peine à confirmer à l’échelon supérieur, mais la dernière coupe du monde disputée en 2015 a permis de constater des progrès notables. L’impensable est arrivé puisque les joueurs japonais ont disposé de la redoutable équipe sud-africaine en phase de poule. Un exploit arraché 34-32 qui n’a malheureusement pas permis aux Nippons de se qualifier pour les quarts de finale. C’est désormais l’objectif sportif clairement affiché pour cette coupe du monde qui aura lieu sur son sol.

La mission s’annonce une nouvelle fois difficile, car en dehors de la Russie qui ouvrira la compétition à ses côtés, le Japon devra affronter des équipes denses à l’image de l’Irlande (première nation mondiale actuellement), l’Ecosse et les Samoa. Seules les deux premières places sont qualificatives et il faudra donc une régularité dans la performance pour une équipe jusque là capable de coups comme contre la France tenue en échec 23-23 en 2017.

Les résultats sportifs de cette coupe du monde pourraient bien être déterminants pour l’avenir du rugby dans l’archipel. Ce sport se développe, mais manque encore de performances sur la durée pour s’assurer une base solide. Afin d’obtenir les meilleurs résultats possibles, la fédération nippone a pris le pari d’intégrer 15 joueurs (sur 31) d’origine étrangère. Une politique qui fait grincer des dents certains responsables qui y voient le risque de perdre l’attention du public si d’aventure, la marche était trop haute lors de cette édition à la maison. Début de réponse demain sur le terrain.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.