La Russie bloque le principal débouché du Kazakhstan pour les exportations de pétrole

La Russie bloque le principal débouché du Kazakhstan pour les exportations de pétrole

Certains analystes pensent que c’est une récompense pour Nur-Sultan qui offre à l’Europe de l’aide pour stabiliser le marché mondial de l’énergie.

Un tribunal russe a ordonné une suspension d’un mois des opérations sur le pipeline utilisé par le Kazakhstan pour exporter la majeure partie de son pétrole dans une mesure que les analystes interprètent comme une intimidation de la part de Moscou.

Dans sa décision du 5 juillet, le tribunal de district de Primorsky, dans la ville de Novorossiysk, dans le sud de la Russie, a conclu que le Caspian Pipeline Consortium avait prétendument commis des violations de l’environnement.

Cette décision est intervenue juste un jour après que le président du Kazakhstan, Kassym-Jomart Tokaïev, s’est engagé à aider l’Union européenne à stabiliser le marché mondial de l’énergie.

Même un seul mois de recettes d’exportation perdues est susceptible de porter un coup sérieux à l’économie kazakhe. Un économiste a estimé les pertes potentielles pour les exportateurs et l’État à environ 500 millions de dollars.

Le Premier ministre Alikhan Smailov a tenu le 6 juillet une réunion impromptue du Cabinet pour examiner les “mesures visant à minimiser les conséquences négatives” causées par les restrictions à l’exportation causées par la décision du tribunal russe. Aucune des instructions émises par Smailov n’a été rendue publique.

Une mesure punitive de la Russie

C’est la troisième fois cette année que le Kazakhstan perd l’accès partiel ou complet au gazoduc CPC. Plus des deux tiers des exportations de pétrole du pays sont acheminées par cette route.

Certains commentateurs soupçonnent que ce dernier accroc sur le CPC pourrait être une mesure punitive adoptée par Moscou en réaction aux efforts du Kazakhstan pour aider l’Occident à réduire sa dépendance à l’énergie russe.

Lors d’une conversation téléphonique avec le président du Conseil de l’UE, Charles Michel, le 4 juillet, Tokayev s’est engagé à mettre à disposition le “potentiel d’hydrocarbures” du Kazakhstan afin de stabiliser la situation sur les marchés [de l’énergie] mondiaux et européens”.

Le besoin de ce type d’aide est devenu particulièrement aigu depuis la fin mai, lorsque les pays de l’Union européenne ont convenu de “réduire effectivement environ 90 % des importations de pétrole de la Russie vers l’UE d’ici la fin de l’année”.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.