La CSU giflée, Merkel en danger

La CSU giflée, Merkel en danger

La SCU est arrivée en tête des élections régionales en Bavière. Un scrutin qui s’est tenu ce dimanche 14 octobre et qui signe pourtant la fin de l’hégémonie de la SCU dans son länder traditionnel. Avec 37 % des suffrages, le parti allié à Angela Merkel enregistre un net recul qui met à mal la coalition fédérale. Un nouveau test est prévu en Hesse dans deux semaines et pourrait signer la fin de la chancelière allemande si les partis de sa coalition ressortent aussi essorée du scrutin.

Arriver en tête et être en pleine crise existentielle. La situation est assez inhabituelle et est aujourd’hui expérimentée par l’Union chrétienne sociale (SCU). Parti hégémonique en Bavière, il a subi un cuisant et historique revers en n’obtenant que 37 % des suffrages. Le SPD, autre allié d’Angela Merkel ne dépasse pas la barre des 10 % (9,7 %) et fait moins bien que les conservateurs indépendants réunis sous la bannière des Electeurs libres (11,6 %) et de l’extrême droite (AfD) qui obtient 10,6 % des voix.

La presse allemande parle d’un séisme politique de grande ampleur et plusieurs questions se posent désormais. Avec qui la CSU s’alliera-t-elle pour tenir les rênes de la Bavière ? Les différences politiques avec les Electeurs libres sont minces, mais beaucoup appellent à une coalition avec les Verts qui s’imposent comme la seconde force politique grâce à 17,5 % des suffrages. Autre question en suspens, la CSU va-t-elle s’engager dans la voie de la division interne et externe ? Cet échec pourrait contribuer à un renouvellement des personnes et des idées et mettre un terme prématuré à la coalition gouvernementale au niveau fédéral.

Cette hypothèse est dans tous les esprits et ne tardera pas à être sur toutes les lèvres si d’aventure les élections en Hesse prévues dans quinze jours tournent à la débandade pour la coalition d’Angela Merkel. La CDU, CSU et SPD enregistrent des sondages catastrophiques et seraient malvenus d’enclencher des élections anticipées. La coalition au pouvoir ne tient qu’à un fil et la crise qui couve aura sans doute des conséquences au niveau européen. Les regards sont tournés vers l’Allemagne. Angela Merkel sait que son avenir politique est plus que jamais incertain.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.