Turkménistan : troisième mandat pour Berdimoukhamedov

Turkménistan : troisième mandat pour Berdimoukhamedov

Le président turkmène, Gourbangouli Berdimoukhamedov, rempile pour un troisième mandat. Il a été « normalement » élu avec 98% des voix, soit un nouveau record personnel.

Le pays n’est pas près de connaître un nouveau président. Pour ce troisième mandat, Gourbangouli Berdimoukhamedov a obtenu 98% des suffrages, soit un point de mieux qu’en 2012.

Le taux de participation a été de 97%, ce qui n’est pas une surprise dans ce régime autoritaire.

Afin de donner à cette élection un soupçon de vérité, le pouvoir en place avait désigné huit autres candidats, tous sortis de nulle part ou presque, qui ont joué les potiches.

Ancien dentiste, Gourbangouli Berdimoukhamedov apprécie visiblement sa reconversion en président depuis son arrivée au pouvoir en 2006. Il a modifié la Constitution du pays pour rallonger le mandat à sept ans.

Culte de la personnalité

Désormais, le culte de la personnalité est bien ancré dans le pays. En 2011, Gourbangouli Berdimoukhamedov a fait bâtir un « Palais du Bonheur » de six hectares, en marbre blanc, au-dessus duquel trône un globe de 32 mètres de diamètre. Lors de son inauguration, le président turkmène avait déclaré que ce bâtiment serait le symbole d’un bonheur « sans frontières, de la prospérité et de l’amour ».

La construction de cet édifice monumental a été confiée à l’époque au groupe français Bouygues, qui a collaboré avec des architectes du ministère turkmène de la construction et de l’architecture et les cabinets d’architectes français Bellon et Art Études (pour l’aménagement intérieur).

Le groupe de construction turc Polimeks ainsi que le français Vinci (VCGP) également présents au Turkménistan.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.