Le charbon à l’origine de 23 000 morts prématurées par an en Europe

Le charbon à l’origine de 23 000 morts prématurées par an en Europe

Un récent rapport réalisé par différentes ONG de protection de l’environnement a analysé les effets des rejets liés la consommation de charbon en Europe. Le document souligne notamment que les pays les plus touchés ne sont pas nécessairement les plus consommateurs, en particulier la France.

Alors que l’agence Santé publique France tirait la sonnette d’alarme le 21 juin dernier en affirmant que la mauvaise qualité de l’air serait à l’origine de 9% des décès dans l’Hexagone, mardi, un rapport, rédigé en anglais par des ONG actives dans la protection de l’environnement, a tenté de mettre au jour le rôle du charbon dans cette pollution. D’après ces travaux intitulés « Le nuage noir de l’Europe », les poussières rejetées par la combustion du charbon sont la cause de 28.900 décès prématurés en Europe sur l’année 2013.

Mais en dehors de ces morts dramatiques, l’étude s’attache à analyser les déplacements de ces poussières sur tout le contient, ainsi, il est possible de constater que les pays les plus pollueurs ne sont pas forcément les plus touchés par la mortalité.

Selon le document, la production énergétique polonaise à base de charbon est responsable de 4 960 décès à l’extérieur des frontières de ce pays d’Europe de l’Est, contre 1 140 décès sur son propre sol.

Les Allemands ne sont pas en reste, les centrales à charbon allemandes sont en effet à l’origine de 2490 décès à l’étranger, vient ensuite la Roumanie, la Bulgarie et le Royaume-Uni.

De précédentes études avaient réussi à partiellement repérer ces pollueurs.

Analyses météorologiques et géographiques en Europe

Pour arriver à établir des résultats précis, les auteurs de ces travaux ont analysé les données disponibles sur les centrales à charbon, et sur les causes des décès identifiées par l’OMS, le climat observé sur le continent (vent, précipitations), la géographie des pays, et croisé ces informations.

Le rapport rappelle les effets désastreux du charbon sur la santé, étant notamment à l’origine de maladies cardio-vasculaires et respiratoires (asthme, bronchite chronique…), et son exceptionnel poids dans les dépenses sanitaires, estimé à plus de 62,3 millions d’euros.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.