Lutte anti-Covid : le succès du Kazakhstan

Lutte anti-Covid : le succès du Kazakhstan

Un faible nombre de décès par million d’habitants et un taux peu élevé de morts par cas confirmés sont le résultat d’une stratégie de plus en plus reconnue comme un succès.

S’il est vrai que tous les pays sont confrontés au même virus, certains Etats donnent l’exemple en matière de lutte contre le Covid-19. On aura ainsi entendu parler du faible taux de contaminations au Vietnam, de l’efficacité de la campagne de vaccination en Israël ou encore de l’éradication quasi-totale du coronavirus en Australie.

Pendant ce temps, d’autres Etats se battent plus discrètement mais tout aussi efficacement contre l’ennemi commun. C’est notamment le cas du Kazakhstan, un pays de 19 millions d’habitants ayant enregistré à ce jour 264 178 cas de coronavirus, dont 241 467 guérisons et 3 170 décès.

En novembre dernier, le pays d’Asie centrale affichait un taux de 1,9 % de morts par cas confirmés (contre 27 % au Yémen, 9 % au Mexique ou encore 3,3 % en Italie) et 152 décès par million d’habitants (contre 1 937 en Belgique, 1 596 au Pérou ou encore 595 en Russie).

Un succès discret qui a toutefois attiré l’attention des journalistes internationaux. Lundi 15 février, la société Complexe pharmaceutique de Karaganda s’est en effet vu délivrer le certificat pour la production du vaccin russe Spoutnik V par le ministère de la Santé du Kazakhstan.

Pionnier

Le Kazakhstan est ainsi devenu le premier pays à déployer un vaccin Spoutnik V produit localement. Il devrait être suivi par l’Inde, la Corée du Sud et le Brésil, les autorités russes souhaitant passer des accords de production à travers le monde plutôt que d’exporter les vaccins afin de satisfaire la demande nationale et internationale.

Selon une étude publiée mardi 2 février dans la revue médicale The Lancet et validée par des experts indépendants, le Spoutnik V est efficace à plus de 91,6 % contre les formes symptomatiques de Covid-19. Cela le classe parmi les vaccins les plus performants, avec ceux de Pfizer/BioNTech et Moderna.

Le vaccin russe se révèle moins cher et plus facile à stocker que ses concurrents américains, d’où les mesures prises par Moscou visant à développer des partenariats de production lui permettant de faire face à une éventuelle explosion de la demande.

De leur côté, les autorités kazakhes continuent de renforcer les mesures de lutte contre l’épidémie. Une campagne de vaccination avec un vaccin kazakh, le QazCovid-in, devrait être lancée dans le courant du mois de mars. Six millions de personnes pourraient être vaccinées d’ici la fin de l’année.

Le gouvernement kazakh, qui avait décidé d’encadrer les prix des médicaments utilisés contre la maladie afin de les rendre environ 24 % moins chers, teste également Ashyq, une application conçue pour permettre aux citoyens d’accéder aux commerces en fonction de leur statut immunitaire.

Protéger sans traquer

Connectée aux données du ministère de la Santé, l’application a accès au statut immunitaire de ses utilisateurs. En fonction de ce statut, elle leur attribue une couleur : vert si un test PCR négatif a été effectué dans les trois derniers jours, bleu si ce n’est pas le cas mais que l’utilisateur n’est pas enregistré comme ayant été en contact avec des malades, jaune pour les cas contact et rouge pour les utilisateurs testés positif.

Les autorités kazakhes n’oublient pas les citoyens dépourvus de téléphone portable intelligent. « En cas d’absence de smartphone, il est prévu une fonction dans l’application pour les employés en charge des contrôles. Ils pourront vérifier le statut des visiteurs au moyen de leur IIN [numéro d’identité national]. Les employés auront aussi la possibilité de scanner directement le code-barres situé au dos de la carte d’identité » a précisé le ministère du Développement digital.

L’application Ashyq est actuellement testée dans une quarantaine de commerces à Nur-Sultan, Almaty et Karaganda. Installée sur la base du volontariat, l’application devrait permettre la suppression des restrictions d’ouverture pour environ 13 000 commerces, notamment des salles de cinéma, des salles de fitness et des spas. Les autorités estiment qu’elle permettra de « créer un environnement sûr » sans pour autant traquer les citoyens.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.