Coup de tonnerre : le Cachemire indien perd son autonomie

Coup de tonnerre : le Cachemire indien perd son autonomie

Après 70 années sous un statut spécial lui assurant une réelle autonomie, le Cachemire indien rentre de force dans le rang. Un décret présidentiel en date du 5 août lui a retiré ce statut et en fait un « Territoire de l’Union » indienne. Cette décision surprise marque un tournant historique et fait craindre une explosion des tensions au Cachemire où la majorité de la population est musulmane et rêve d’un rattachement au Pakistan. En prévision de possibles troubles, New Dehli a dépêché 80 000 militaires supplémentaires dans la région.

En prise avec une insurrection séparatiste depuis 1989 et avec un Pakistan hostile revendiquant le Cachemire, l’Inde a pris la décision d’accentuer son empreinte sur ce territoire. Par un décret présidentiel, la région de Jammu-et-Cachemire a perdu son autonomie et devient une Territoire de l’Union comme les autres. Son désormais ex-statut lui permettait d’être souverain pour toutes ses décisions sauf en matière de Défense, Affaires étrangères et Communication. Concrètement, les lois votées au Parlement indien devaient être validées par l’Assemblée régionale pour entrer en vigueur.

Mehbooba Mufti, l’ancienne cheffe de l’exécutif de Jammu-et-Cachemire,en résidence surveillé depuis quelques heures, a tweeté qu’ « aujourd’hui marque le jour le plus noir de la démocratie indienne ». L’article 370 de la Constitution indienne prévoyait un statut spécial lequel est donc supprimé par un décret présidentiel qui doit encore être confirmé par un vote au Parlement indien. Il s’agit là d’une formalité, car le parti du Premier ministre Narendra Modi jouit d’une confortable majorité absolue. Les nationalistes hindous se réjouissent de cette décision, mais les craintes de voir la région s’embraser sont palpables.

Les autorités indiennes savaient que ce changement créerait des remous et elles ont envoyé 80 000 militaires supplémentaires afin de veiller à ce que le calme règne au Cachemire. Il y a une semaine, les autorités indiennes avaient même prié les étrangers de quitter le territoire arguant des questions sécuritaires. Ces deux décisions présageaient d’une mesure forte qui est aujourd’hui connue. Mehbooba Mufti a assuré que tout « cela aura des conséquences catastrophiques pour le sous-continent ». Il ne fait aucun doute que le Pakistan réagira d’une manière ou d’une autre. Les esprits sont chauffés à blanc et la moindre étincelle pour aboutir à brasier.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.