Retour d’un trésor national en Indonésie

Retour d’un trésor national en Indonésie

Quarante-cinq ans après que les Pays-Bas aient promis son retour, la dague incrustée d’or volée à un “prince rebelle” après son soulèvement manqué contre les Pays-Bas en 1830, a enfin été rendue à Jakarta.

Un héros national

Ce kris, une dague avec la lame en forme de vagues, un trésor culturel faisait partie des biens du Prince Diponegoro dont le retour avait été promis par les Pays-Bas en 1975. La ministre de la culture hollandaise, Ingrid Van Engelshoven a remis la dague à l’ambassade d’Indonésie à la Hague cette semaine, à la suite de deux ans de recherche dans les collections du musée d’Ethnologie de Leiden.

Fery Iswandi, l’attaché culturel de l’ambassade indonésienne aux Pays-Bas a déclaré dans un communiqué à quel point le kris est important pour l’Indonésie, puisque le prince Diponegoro fait aujourd’hui figure de héros national. Cette dague qui était la sienne était un attribut de sa puissance.

Le prince Diponegoro est célébré en Indonésie pour avoir lutté pendant cinq ans contre l’ordre imposé par la Hollande, connu sous le nom de “Guerre de Java”. Le prince de l’île de Java, qui fait désormais partie de l’Indonésie, avait été exilé à Célèbes, une île située à l’est de Bornéo, puis à Makassar, la capitale de la province de Sulawesi, où il mourut à l’âge de 69 ans.

La dague “perdue” dans les musées hollandais

Sa dague avait été donnée en 1831 au cabinet de curiosités du roi William I, le premier roi de Hollande et grand duc du Luxembourg. Cette collection a été ensuite transférée dans ce qui est aujourd’hui le Muséum d’Ethnologie. Au moment de l’indépendance de l’Indonésie par les Pays-Bas en 1949, il avait été conclu que les biens du prince Diponegoro seraient rendus.

En 1968 un traité culturel avait été signé, puis en 1975, la liste des objets à rendre avait été établie. Alors que d’autres bien du prince avaient effectivement été retournés, la dague manquait encore. En 1983, des sources confidentielles avaient informé le ministre des affaires étrangères de l’époque que la dague était cachée dans une cave du Rijksmuseum à Amsterdam. Sa présence avait bien été confirmée mais le retour n’était alors pas “souhaité”. La dague sera désormais exposée au Musée National d’Indonésie à Jakarta.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.