L’Europe malade de sa viande bovine polonaise

L’Europe malade de sa viande bovine polonaise

Les scandales sanitaires dans le domaine de l’alimentation ne sont pas rares. Celui venu de Pologne devrait marquer les esprits en raison de son échelle et de la manière dont les responsables se sont débrouillés pour contourner les règles au détriment de la santé des consommateurs. Trois tonnes de viande avariée ont été vendues à travers l’Europe. Une équipe d’experts a été envoyée sur place afin de faire toute la lumière sur une affaire grave en termes de santé publique.

Trois tonnes de viande avariée mise sur le marché, seize pays européens touchés et peut-être la prise de conscience que de tels abus ne sont pas si rares que cela ne le devrait. L’affaire a éclaté grâce à un journaliste polonais de la chaîne TVN24 qui a réussi à se faire embaucher dans l’abattoir de Kalinowo. Un petit abattoir aux confins de la Biélorussie et de la Lituanie qui a tout de même réussi à berner son monde en mettant sur le marché de la viande issue d’animaux malades et traînés à l’abattoir malgré leur condition.

Les images sont sans appel et la volonté de contourner toutes les règlementations est manifeste puisque ces animaux malades étaient abattus la nuit alors que le site est censé être fermé. Des salariés proches de la direction étaient en charge de ces opérations illégales qui sont à l’origine d’un des plus gros scandales sanitaires qui a touché l’Union européenne. Bruxelles vient d’ailleurs de dépêcher une équipe d’experts qui devra rendre son rapport d’ici à un mois. Un rapport dont les conclusions devraient être utiles, mais qui ne seront pas suffisantes pour enrayer un phénomène que le journaliste à l’origine des révélations, Patryk Chtépaniak, annonce comme bien plus large que ce seul cas.

Patryk Chtépaniak, assure que « sa boite mail est remplie de messages d’anciens employés d’abattoirs, d’anciens vétérinaires, et même parfois de certaines autorités, qui savaient que ce genre de pratiques avaient lieu dans leur région », ce qui implique que ce genre de pratiques « n’arrive donc pas que dans trois, quatre abattoirs ». La menace pour le consommateur est d’autant plus grande que la Pologne produit environ 600 000 tonnes de viande bovine chaque année et en exporte 500 000. Un pays qui a été par ailleurs touché par un « cas atypique de vache folle », lequel ne devrait avoir aucune conséquence sanitaire selon les autorités.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.