La Grèce souffle un peu plus financièrement

La Grèce souffle un peu plus financièrement

La Grèce sort peu à peu du marasme économique dans lequel elle est plongée depuis une décennie. L’agence de notation Moody’s a apporté une première bonne nouvelle en relevant la notation crédit du pays. Une évolution positive qui s’explique par le train de réformes bien engagé. Malgré tout, certaines réticences demeurent et Athènes doit garder une orthodoxie budgétaire qui permettra de réussir sa première émission d’emprunt à dix ans depuis le début de la crise financière.  

Depuis la fin de sa mise sous tutelle financière, la Grèce continue à se réformer. Il faut dire que les pressions restent fortes notamment de la part des agences de notation qui ont le pouvoir de rendre difficile la vie de toute une économie. C’est le cas de Moody’s qui a fait part de son évaluation, ce vendredi. Heureusement pour Athènes, le jugement est favorable et l’agence a relevé de B3 à B1 la notation crédit de la Grèce. Moody’s note que « l’un des facteurs clés de l’amélioration du profil de crédit de la Grèce ces dernières années a été l’avancement du programme d’ajustement des réformes convenu avec les créanciers du secteur public grec ».

Les réformes portent leurs fruits avec notamment des exportations qui représentent aujourd’hui 37 % du PIB contre seulement 20 % en 2010 et un taux de chômage qui recule d’année en année. Les objectifs d’assainissement financier ont été dépassés depuis trois ans et la Grèce est donc en avance sur les différentes étapes fixées par ses créanciers. Tout va bien dans le ciel bleu de Grèce sauf que des inquiétudes émises par Moody’s après la décision du gouvernement de relever de 11 % le salaire minimum. Une hausse jugée trop importante et qui pourrait nuire à la compétitivité de la Grèce.

Les prochains mois diront si ces inquiétudes sont légitimes. En attendant, Athènes se lance dans un autre grand projet qui doit signer un retour à la normalité. Six banques internationales (BNP Paribas, Citi, Credit Suisse, Goldman Sachs, HSBC et JPMorgan Chase) ont été mandatées par les autorités grecques pour mener à bien un emprunt à dix ans. C’est la toute première émission de ce type que la Grèce lance depuis une décennie. Le gouvernement espère un franc succès qui sera le signe d’un retour dans le jeu financier international. Une étape importante pour un pays qui se relève peu à peu de ses blessures.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.