Des manifestations éclatent au Kazakhstan après la hausse des prix du carburant

Des manifestations éclatent au Kazakhstan après la hausse des prix du carburant

Des manifestations ont éclaté dans plusieurs villes kazakhes après que le gouvernement de la nation d’Asie centrale a levé les prix plafonds du gaz de pétrole liquéfié (GPL) et que le coût de l’essence a augmenté.

 Les manifestations publiques sont rares – et illégales à moins que leurs organisateurs ne déposent un avis à l’avance – dans l’ancienne république soviétique étroitement contrôlée dont le parlement est dépourvu d’opposition.

Les rassemblements ont impliqué des milliers de personnes. Ils ont commencé le 2 janvier – le lendemain de la levée du plafonnement des prix du GPL – dans la ville de Zhanaozen, le site des affrontements les plus meurtriers entre manifestants et policiers depuis l’indépendance de l’Union soviétique.

Les manifestants de Zhanaozen, une plaque tournante de l’industrie pétrolière dans la province occidentale de Mangistau où des dizaines de personnes ont été tuées lors de manifestations en 2011 après le licenciement de travailleurs du pétrole, ont exigé que le prix du GPL soit réduit de moitié de 120 tenge (0,27 $) le litre au niveau auquel le carburant a été vendu l’année dernière.

Des négociations compliquées

Les détaillants ont accepté de réduire les prix d’un quart, mais le gouvernement du président Kassym-Jomart Tokayev a déclaré que de nouvelles réductions étaient impossibles en raison des coûts de production.

Le prix avait déjà été réglementé, mais les responsables ont déclaré que des prix artificiellement bas rendaient la production de GPL impossible.

Les manifestations se sont étendues au centre provincial de Mangistau, Aktau, ainsi qu’à un camp de travailleurs utilisé par les sous-traitants du plus grand producteur de pétrole du Kazakhstan, Tengizchevroil. L’entreprise dirigée par Chevron (CVX.N) a déclaré que la production n’avait pas été affectée.

Dans la plus grande ville du Kazakhstan, Almaty, la police a bouclé la place principale lundi et mardi. L’Internet mobile était bloqué dans le centre-ville.

Tokayev a déclaré mardi sur Twitter qu’une commission gouvernementale avait commencé à travailler à Aktau et trouverait une solution “dans l’intérêt de la stabilité de notre pays“. Il a exhorté les manifestants à se comporter de manière responsable.

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.