La Turquie entre inflation et isolement

La Turquie entre inflation et isolement

La situation de la Turquie est des plus précaires. Les autorités viennent d’annoncer un chiffre record d’inflation. Elle est en hausse de 24,5 % en l’espace d’une année. Le coup est rude pour les Turcs d’autant plus que l’alimentation est fortement touchée par une hausse des prix qui s’emballe à chaque déclaration du président américain. Ankara a timidement renoué les fils du dialogue avec l’Allemagne, mais l’isolement tend même à se renforcer avec des aides européennes bloquées.

L’économie turque reste dans la tourmente avec une inflation en hausse de 6,3 % par rapport au mois d’août. L’augmentation des prix a même tendance à augmenter et porte le bilan à + 24,5 % sur un an. C’est désormais plus que les dernières prévisions du ministre turc des Finances qui estimait pouvoir juguler l’inflation annuelle à hauteur de 20,8 % en 2018. Les prix augmentent et ont une répercussion réelle sur la vie quotidienne avec une hausse de l’alimentation de 27,7 % et des transports de 36,6 %. La Turquie va mal et voit également sa monnaie continuer de décrocher par rapport au dollar.

Isolé, Ankara fait tout de même l’effort de rétablir le dialogue avec un partenaire européen aussi important que l’Allemagne. Recep Tayyip Erdoğan et Angela Merkel se sont rencontrés à Berlin ce mardi sans qu’aucun élément tangible de rapprochement ne soit apparu. Pire, au lendemain de cette rencontre, le Parlement européen a décidé réorienter des fonds initialement destinés à la Turquie. Ce sont quelques 70 millions d’euros qui n’arriveront pas jusqu’à Ankara. La raison invoquée est le non-respect des droits de l’Homme dans le pays.

L’annonce tombe mal pour l’économie turc même si le président Erdogan s’était montré offensif peu avant. « La Turquie ne demande de l’argent à personne. Tous nos efforts visent à garantir des investissements étrangers dans notre pays » a déclaré le chef d’Etat turc. La Turquie n’en a pas fini avec ses difficultés financières et un retour à la normale semble passer par un rétablissement de bonnes relations avec Washington. Un long chemin de croix en perspective.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.