Brexit : la transition en question

Brexit : la transition en question

Les premiers effets du vote en faveur du Brexit sont nombreux de l’autre côté de la Manche. Beaucoup de personnes craignent de l’évolution de leur statut légal de travailleur par exemple, en témoigne le nombre croissant de demandes de passeport. Ce n’est pas tout, de nombreuses entreprises, notamment du high-tech, craignent pour le développement de leur activité, certaines envisagent même de délocaliser.

Les employés d’ambassades doivent avoir un surplus de travail en ce moment. Alors que de nombreux travailleurs européens installés Outre-Manche ont entamé les démarches afin d’obtenir la nationalité britannique, selon le site d’informations Euronews, à l’inverse, les Britanniques essaient d’obtenir un autre passeport afin de rester Européens.

Du côté des entreprises aussi, la peur s’est installée. Dans les secteurs dynamiques que peuvent être la technologie ou la finance, l’avenir est aussi évoqué avec des pointillés. Certaines sociétés envisageant même de se mettre en quête d’un foyer dans une autre capitale européenne. L’industrie du high-tech représente 10% du PIB national, un sujet qui a donc de quoi inquiéter en plus haut lieu. Surtout, que ces mêmes dirigeants d’entreprises technologiques s’étaient prononcés à l’unisson en faveur d’un maintien au sein de l’Union européenne.

Combien de temps ?

Interrogé par Euronews, l’économiste André Sapir explique que le principal problème est la période de transition et sa durée. Selon lui, le pays pourrait ne pas avoir avancé d’une once d’ici cinq à dix ans, et être toujours en train de se questionner sur les actions à mettre en œuvre pour limiter les dégâts causés sur l’économie par d’inévitables pertes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.