Des meurtres politiques planifiés en Allemagne ?

Des meurtres politiques planifiés en Allemagne ?

C’est une information qui fait froid dans le dos. Selon l’agence allemande, RedaktionsNetzwerk Deutschland, un petit groupe d’extrême droite aurait eu pour projet d’éliminer des personnalités politiques avant leur arrestation par la police. Les membres de cette mouvance nommée Nordkreuz se seraient procurés des sacs mortuaires, de la chaux-vive et des quantités importantes d’armes et de munitions. Une logistique au point et une préparation professionnelle puisqu’une liste de 25 000 noms de cibles potentielles aurait été constituée avec des informations sensibles comme leur adresse personnelle.

On pensait que l’Allemagne en avait fini avec le radicalisme politique, mais c’était sans compter sur la politique pro-immigration du gouvernement et les réactions hostiles de groupes d’extrême droite de plus en plus organisés. Celui de Nordkreuz – ce qui signifie La Croix du Nord en allemand – comptait parmi les plus organisés et déterminés à passer à l’action. Suivi discrètement par les renseignements et la justice allemande depuis 2017, ce groupe d’une trentaine de membres n’avait pas que des desseins survivalistes en tête.

Farouchement opposé à la venue de migrants sur le sol allemand, Nordkreuz se serait fixé comme objectif d’éliminer des personnalités politiques allemandes réputées comme pro-immigration. Ce sont en tout 25 000 personnes qui auraient été identifiées par une mouvance si bien organisée qu’elle a réussi à se procurer les de ces cibles. Aucun grand parti politique allemand n’aurait été épargné et l’arsenal en possession des membres de Nordkreuz indique que le projet n’était pas un simple fantasme macabre.

Le groupe aurait utilisé la messagerie cryptée Telegram pour planifier ses actions violentes et seul un suivi attentif des services de renseignement a permis d’empêcher une vague d’attentats sans précédent. L’affaire est d’autant plus prise au sérieux que le 2 juin dernier, un haut fonctionnaire bien connu pour ses prises de position pro-migrants a été assassiné. Celui qui lui a ôté la vie est un membre d’une mouvance néonazie. Il a confirmé que son acte constituait une réponse à la politique migratoire allemande. Il revient à la justice de faire toute la lumière sur les activités de Nordkreuz, mais il ne fait aucun doute que la politique suivie depuis plusieurs années par la chancelière Angela Merkel a engendré des maux bien graves dont l’Allemagne se croyait vaccinée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.