La République populaire de Chine fête martialement son 70e anniversaire

La République populaire de Chine fête martialement son 70e anniversaire

Jour spécial pour la République populaire de Chine. Ce 1er octobre a vu les célébrations du 70e anniversaire de l’Etat communiste. Une date exceptionnelle qui a été marquée à Pékin par un défilé militaire impressionnant. Le message des autorités chinoises et plus particulièrement du président Xi Jinping est explicite. Le pays est assez fort pour faire face à ses adversaires sur le plan politique, économique, voire militaire si besoin. Le coup de semonce a été donné et perçu comme tel dans le chaudron hongkongais.

Le temps était à la fête, mais pas que en République populaire de Chine aujourd’hui. La nouvelle grande puissance mondiale (aux côtés des Etats-Unis) a célébré avec fierté le 70e anniversaire de l’instauration de la République populaire. Le 1er octobre 1949, Mao Tsé-Toung proclamait le nouveau régime depuis la porte de Tienanmen. Soixante dix ans plus tard, le nouvel homme fort de ce pays-continent, Xi Jinping, se tenait à la même place. Vêtu d’un costume Mao sombre, il a tenu un discours aussi martial que le spectacle qui a été proposé.

« Rien ne peut ébranler les fondations de notre grande nation. Rien ne peut empêcher la nation et le peuple chinois d’aller de l’avant » a déclaré le tout-puissant président chinois Xi Jinping. Le ton du discours était donné et appuyé par quinze mille soldats, des centaines de chars et d’avions et la parade de missiles très perfectionnés capables, en théorie, de venir frapper le territoire américain. La Chine a fait une démonstration de force alors que les points de tension se multiplient depuis quelques mois. Le conflit commercial avec les Etats-Unis est toujours en cours, Pékin est critiqué pour sa gestion du Tibet et de la province musulmane du Xinjiang auquel s’ajoutent les événements historiques touchant Hong Kong.

La crise dans ce territoire rétrocédé par le Royaume-Uni en 1997 fait craindre une intervention militaire de la part de Pékin dont le discours s’est largement musclé au fil des semaines. Pour la première fois depuis le début des contestations (parfois violentes), un manifestant a été blessé par la balle d’un policier et ce sont les images de la répression de Tienanmen qui reviennent dans la tête de nombreux contestataires du régime de Pékin. Ce dernier ne fait pas l’unanimité même si la promesse communiste d’un peuple uni et heureux doit prévaloir avant tout.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.