Le Pape François au chevet de Union européenne

Le Pape François au chevet de Union européenne

A l’occasion d’un congrès au Vatican avec les évêques et des responsables politiques des pays de l’Union européenne, le Pape François a une nouvelle fois déploré la trajectoire suivie par l’Europe. Un continent à la « stérilité dramatique », coupable de « trahison » envers ses « idéaux » selon un chef de l’Eglise déjà critique envers l’Union européenne depuis trois ans. En 2014, il avait l’avait comparée à une « grand-mère fatiguée ».

Au cours des trois dernières années, le Pape François a prononcé cinq discours centré sur l’Union européenne. Le cinquième a eu lieu ce samedi 28 octobre 2017 et avait pour sujet : « repenser l’Europe ». C’est un constat sans concession qui a été formulé par le Saint-Père. La « stérilité dramatique » est dénoncée avec force. Non seulement au regard d’une natalité trop faible notamment en raison de « ceux qui ont été privés du droit de naître sont trop nombreux, mais aussi parce qu’elle [l’Union européenne] s’est découverte incapable de transmettre aux jeunes les instruments matériels et culturels pour affronter l’avenir ».

Une Union européenne qui a trahi ses idéaux et qui est tentée par la construction « de tranchées ». Le Souverain Pontife parle évidemment des migrants qui s’installent dans les pays de l’UE et qui font l’objet de nombreuses réactions négatives. Le Pape François exhorte moins à un accueil sans condition, mais appelle à avoir « un cœur ouvert » et la volonté pour les migrants comme pour les accueillants de se donner les moyens d’une intégration réussie. Cela passe notamment pour les migrants par le souci « de connaître, de respecter et d’assimiler aussi la culture ainsi que les traditions de la nation qui les accueille ».

Enfin, l’UE a été tancée pour son manque d’âme et sa faculté à chosifier les gens. Le Pape a rappelé que l’UE n’est pas qu’« un ensemble de nombres ou d’institutions » et que derrière les chiffres et indicateurs économiques, il y a de vraies personnes auxquels les politiques doivent rendre des comptes.

Laisser un commentaire