Johnson dévoile son plan pour « un meilleur Brexit »

Johnson dévoile son plan pour « un meilleur Brexit »

Boris Johnson a le sens du timing et un don pour mettre à mal Theresa May. Début septembre, l’ancien maire de Londres attaquait de manière virulente le plan proposé par la Première ministre britannique. Une sortie orchestrée la veille de la rentrée parlementaire. L’ex-ministre Tory refait parler la poudre à deux jours de l’ouverture du Congrès du parti conservateur.

C’est au tour du quotidien The Telegraph de profiter de la faconde de Boris Johnson. L’ancien secrétaire d’Etat de Theresa May a démissionné en juillet en réponse aux désaccords insurmontables au sujet du Brexit. Depuis, les deux principales figures du parti conservateur ne s’épargnent aucun commentaire hargneux. Très affaiblie, May est de nouveau accusée par Johnson de mener des négociations qui signent une « humiliation intellectuelle et morale » du Royaume-Uni.

Le « plan Chequers » est dans le collimateur du trublion du parti conservateur. Johnson dénonce « un échec collectif du gouvernement et un abandon de la volonté des élites britanniques qui n’ont pas été à la hauteur du mandat que leur a confié le peuple ». Autrement dit, l’équipe May doit partir et laisser la place à des Tories prêts à affronter les négociateurs européens. La charge de Johnson n’est pas anodine puisqu’elle a lieu à deux jours de l’ouverture du congrès du parti conservateur. Une réunion au cours de laquelle Johnson entend bien faire du bruit et s’allier la base du parti. Theresa May devra quant à elle conclure cette réunion de tous les dangers.

Outre les critiques qui ne sont pas nouvelles, Boris Johnson a dû avancer quelques propositions afin de ne pas s’enfermer dans le rôle de Cassandre. Il plaide donc pour un « super accord de libre-échange » sur le modèle de celui conclu entre le Canada et l’Union européenne. Un accord qui serait négocié lors de la phase de transition qui s’ouvrira le 29 mars 2019. Une solution jugée impossible à mettre en pratique par de nombreux observateurs qui dénoncent aussi l’absence de solution à propos de la frontière avec l’Irlande du nord.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.