Liste des paradis fiscaux : le pas de deux de l’UE

Liste des paradis fiscaux : le pas de deux de l’UE

Les paradis fiscaux ont la cote. Les récentes enquêtes montrent que multinationales et certains riches particuliers s’affairent dans des montages financiers légaux et parfois illégaux afin d’accroître leurs richesses. Un « trou noir » dénoncé par les ONG et les Etats, mais qui n’a accouché d’aucune liste ni mesure concrète. Les ministres des Finances européens pourraient changer la donne la semaine prochaine, mais Oxfam doute de la bonne volonté des Etats européens.

Dix ans après l’explosion de la crise financière, plus d’un an après les premières révélations massives relatives aux opérations de fraude fiscales, l’UE européenne s’apprête à publier la liste des Etats considérés comme des paradis fiscaux. A une semaine de cette annonce, les tractations sont toujours en cours, car la question est particulièrement sensible. Selon l’ONG Oxfam, il existe 35 paradis fiscaux à travers le monde dont 4 situés au sein de l’Union européenne : l’Irlande, le Luxembourg, Malte et les Pays-Bas. Ce classement a été fait sur les critères retenus par les ministres des Finances, mais il est peu probable que leur analyse se confonde avec celle de l’ONG.

En effet, pour qu’un nom figure sur la liste, il faut que les 28 soient d’accord et il est peu probable d’y voir apparaître des Etats membres de l’Union européenne. Oxfam a peur que la liste présentée ne soit au rabais et a donc décidé de prendre les devants en publiant la sienne. Un moyen de mettre la pression, mais les capacités d’influence restent très limitées. Pierre Moscovici, le Commissaire européen à la Fiscalité a déclaré qu’il ne peut « pas commenter cette liste d’Oxfam, puisque la liste sera définie par les Etats ».

Laisser un commentaire