L’Ukraine restera aux portes de l’UE

L’Ukraine restera aux portes de l’UE

Le ministre allemand des Affaires étrangères a quelque peu délaissé le langage diplomatique au sujet de l’intégration de l’Ukraine au sein de l’Union européenne. La question ne sera pas posée avant plusieurs années et met fin aux espoirs des rares Ukrainiens qui pensaient encore trouver leur salut du côté d’une UE qui n’a fait que jouer le pion ukrainien contre l’ours russe.

L’avenir est à l’Ouest entendait-on siffler fin 2013 à Kiev et dans toutes les villes ukrainiennes. L’accord d’association devait être ratifiée et ainsi ouvrir une nouvelle page des relations avec Bruxelles qui devait déboucher sur une entrée de cet ancien Etat soviétique au sein de l’UE. La promesse a été renouvelée depuis à mots couverts et les belles promesses européennes ont contribué à l’explosion et l’enlisement du conflit dans l’Est ukrainien.

Le pays est à bout de souffle, l’équipe au pouvoir est aujourd’hui détestée et considérée comme au moins largement aussi corrompue que du temps de Ianoukovitch. Le tableau est catastrophique et pousse désormais le ministre allemand des Affaires étrangères, Sigmar Gabriel, a ne « pas pouvoir imaginer la Turquie et l’Ukraine en tant que membres de l’Union européenne au cours des prochaines années ». Le discours a le mérite de la clarté et les sous-entendus et promesses des Européens mis au placard pour un temps au moins.

Kiev ne sera pas membre de l’UE d’autant que Sigmar Gabriel entend prendre pour modèle les nouvelles relations avec la Grande-Bretagne pour gérer ces deux Etats problématiques. Un entre-deux qui a mené à la situation actuelle et qui continuera d’alimenter les haines et les tensions au sein de la société ukrainienne.

L’Union européenne, trop largement dépendante des desiderata américains ne sait plus dans quelle direction avancer et n’ose plus faire le moindre mouvement. Ainsi, c’est le statu quo qui s’impose avec en premier lieu, des sanctions contre la Russie prolongées pour une période de six mois. Les solutions pour sortir de la crise ne sont plus qu’à peine évoquées par des responsables européens très mal à l’aise quant à un bourbier diplomatique qu’ils ont bien alimenté depuis quatre ans. Sanctions contre le peuple russe et abandon du peuple ukrainien : le passif commence à devenir bien lourd pour une UE en quête de repères.

Laisser un commentaire