Un faux prêtre démasqué en Espagne

Un faux prêtre démasqué en Espagne

Certaines personnes n’aiment pas leur vie au point qu’elles s’en inventent une autre. C’est le cas d’Angel Miguel Ibarra, prêtre de son état et surtout affabulateur qui a réussi à se faire passer pour un homme d’Eglise pendant dix-huit longues années. A quelques jours de la célébration de Noël, son imposture a finalement pris fin après une enquête poussée de diocèses espagnols et colombiens. Un cas atypique qui n’est pourtant pas unique.

Baptême, mariage, confession, messe, le père Angel Miguel Ibarra a célébré tous les sacrements et fêtes de l’Eglise catholique pendant près de deux décennies sans jamais avoir été ordonné. Installé depuis 2017 à Medina Sidonia, une paisible ville de 13 000 habitants en Andalousie, l’homme a vu ses documents d’ordination être confondus. Des faux selon l’Archidiocèse colombien qui a mené l’enquête. Le diocèse de Cadix et de Ceuta a été informé le 13 décembre que l’homme n’avait jamais été ordonné prêtre. Une nouvelle sidérante pour les fidèles et pour la hiérarchie catholique qui déplore « des faits comme celui-ci puissent assombrir le labeur de ses paroissiens et de ses prêtres dûment ordonnés, qui servent chaque jour l’Église de manière exemplaire ».

Une hiérarchie qui juge les confessions et l’eucharistie provenant de ce faux prêtre comme « invalides » même si les mariages et les baptêmes sont valides. Les fidèles trompés par l’imposteurs se sont vus rassurés car la « Grâce de Dieu agissait » malgré les mensonges d’Angel Miguel Ibarra. Ce dernier n’est pas le premier à avoir abusé l’Eglise catholique et les fidèles. En France, Edmond Romano s’est fait passer notamment pour prêtre pendant vingt ans malgré de multiples condamnations pour escroquerie et filouterie d’hôtel. Confondu une fois encore en mai dernier par un jeune prêtre dont il essayait de tirer avantage, Edmond Romano a été arrêté et jugé.

A chaque fois, les faux prêtres réussissent à tromper leur monde grâce à une forte culture religieuse et un goût prononcé pour la dissimulation. Cependant, les prêtres dont la confiance a été abusée reconnaissent après coup que certains détails ne collaient pas et qu’ils auraient dû se rendre compte que quelque chose n’allait pas. Le phénomène des faux hommes d’Eglise touche tous les continents.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.