Le Pape s’attaque au consumérisme et plaide pour la fraternité

Le Pape s’attaque au consumérisme et plaide pour la fraternité

Comme chaque année, le Pape François a célébré la messe de Noël à la Basilique Saint-Pierre à Rome. Dans son homélie, le Souverain Pontife s’en est pris à l’avidité et à la voracité qui règnent parmi les hommes. Après ce rappel salutaire, le Pape François a délivré ce midi son message « à la ville et au monde » dans lequel le concept de fraternité a été central. Les minorités chrétiennes ont également été au cœur du message de ce grand artisan de la paix entre les peuples.

Le Pape veille sur le destin de 1,3 milliard de catholiques à travers le monde. Une tâche colossale pour un homme âgé de 82 ans qui a officié sa sixième messe de Noël en tant que Souverain Pontife. Les dangers et menaces qui pèsent sur les communautés catholiques sont nombreux et cette année, le Pape François a mis l’accent sur la réalisation de soi et le piège que constitue le consumérisme. Un mal qui fait perdre « le sens de la vie ». Le Pape déplore « l’homme (qui) est devenu avide et vorace » et dont le seul but est d’ « amasser des choses ».

Une perte de sens dans un monde où les inégalités se renforcent. « Une insatiable voracité traverse l’histoire humaine, jusqu’aux paradoxes d’aujourd’hui ; ainsi quelques-uns se livrent à des banquets tandis que beaucoup d’autres n’ont pas de pain pour vivre ». Le chef de l’Eglise a appelé à « ne pas glisser dans les ravins de la mondanité et du consumérisme ». En ce jour de Noël, les préceptes simples et fondateurs des catholiques doivent être redits avec force. « Est-ce que je partage mon pain avec celui qui n’en a pas ? » s’interroge le Pape François.

Aujourd’hui, dans son message Urbi et Orbi (à la ville et au monde), le Souverain Pontife a insisté sur le concept de fraternité. A contre-courant de bien des discours, le Pape a affirmé que « nos différences ne sont pas un préjudice ou un danger » mais « une richesse ». François appelle à la « fraternité entre les personnes de chaque nation et culture. Fraternité entre les personnes d’idées différentes, mais capables de se respecter et d’écouter l’autre. Fraternité entre les personnes de religions différentes ». Syrie, Yémen, Nicaragua, Ukraine, péninsule coréenne sont autant d’endroits dans le monde touchés par la guerre ou d’autres maux graves évoqués par le Pape. Et avec au cœur de son message, toujours l’idée que « le fraternité que Jésus Christ nous a offerte » ne doit pas se tarir dans un monde qui tend à faire effacer les âmes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.