L’UE fait (difficilement) ses comptes

L’UE fait (difficilement) ses comptes

La Commission européenne a publié son évaluation annuelle des budgets des Etats membres. Seuls six pays ont des budgets prévisionnels jugés conformes. Les pays du sud (France incluse) ne sont toujours pas sur la bonne trajectoire même si un léger mieux a été remarqué. Les règles de l’UE semblent plus que jamais des normes dont l’application est à géométrie variable. Une chance pour les pays en queue de peloton, mais un écueil pour la solidarité européenne.  

Tous les pays ne sont pas égaux et dans un ensemble comme l’Union européenne, il est attendu que les plus vaillants aident les plus en difficulté. Toutefois, les gouvernements changent, les promesses sont les mêmes et les résultats sont toujours aussi médiocres pour certains Etats. La Commission européenne a fait savoir que 6 pays présentent un risque de « non conformité ». Ce langage très diplomatique signifie que le budget présenté par ces pays ne suit pas la bonne trajectoire. La France, l’Italie, le Portugal, La Belgique, l’Autriche et la Slovénie sont dans le collimateur de la Commission, mais les propos tenus par cette dernière se veulent assez conciliants.

Il est en effet difficile pour la Commission d’être rude avec ses Etats membres alors que l’Union est en crise. Ainsi des pays comme la France et l’Italie s’en tirent à bon compte même si les efforts structurels pour rétablir les finances publiques sont jugés insuffisants. A l’autre bout de la classe, six pays ont vu leur budget prévisionnel jugé conforme : L’Allemagne, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Finlande, La Lettonie et la Lituanie. Des bons élèves qui devancent cinq autres pays au budget « globalement conforme ».

La Grèce, quant à elle, sous perfusion du FMI et de l’Union européenne n’est pas évaluée. L’Union européenne est à plusieurs vitesses et le risque de décrochage de plusieurs économies reste plus sérieux que jamais.

Laisser un commentaire