Frictions kazakho-biélorusses autour de la paix en Ukraine

Frictions kazakho-biélorusses autour de la paix en Ukraine

Les pourparlers en vue de parvenir à une fin des hostilités et une paix durable sont encore une fois dans l’impasse. Les accords de Minsk ne sont pas entièrement respectés par les protagonistes et aucune piste sérieuse ne semble prendre forme. C’est dans ce contexte que le président de la République du Kazakhstan a émis l’idée de réenclencher le dialogue dans son pays. Une solution qui n’en est pas une pour les diplomates biélorusses, lesquels voient dans cette initiative kazakh l’ambition de se tresser une couronne de lauriers.

Parvenir à la paix est un exercice des plus difficiles. L’Ukraine et les séparatistes pro-russes en font l’expérience avec des accords de Minsk qui restent en grande partie lettre morte. Les pourparlers s’enlisent et les capitales occidentales cherchent un nouvel élan. Il en va de même pour le Kazakhstan même si sa dernière proposition risque de compliquer un peu plus les choses au lieu d’aplanir les conflits. En effet, le président Kazakh, Noursoultan Nazarbaïev, a proposé au président Trump de faire de son pays le nouvel hôte des discussions de paix. Aucun élément n’a filtré quant à la réception de cette proposition par les Etats-Unis, mais la réponse biélorusse ne s’est pas faite attendre.

Le 19 janvier, le ministre biélorusse des Affaires étrangères a fait savoir que trouver un autre lieu de négociations ne changerait rien. « Les négociations sur l’Ukraine pourraient même se tenir en Antarctique si un succès était certain » a déclaré Uladzimir Makey. De nouvelles tensions plus périphériques se font donc sentir dans le dossier ukrainien. La position biélorusse a été rappelée ces dernières heures et il est peu probable que Minsk voit s’éloigner les diplomates qui essaient depuis 2014 d’arracher la paix aux combattants.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.