Viktor Orban surfe sur le refus de l’immigration

Viktor Orban surfe sur le refus de l’immigration

Les prochaines élections législatives hongroises pourraient constituer un triomphe pour l’actuel Premier ministre Viktor Orban et un camouflet pour l’Union européenne. Donné grand favori dans les sondages, le parti de M. Orban pourrait obtenir 50 % des suffrages et former une grande alliance avec le Jobbik (20 % des intentions de vote) dont le but principal serait le rejet massif de la politique européenne en faveur de l’immigration.

Premier ministre depuis bientôt huit ans, Viktor Orban est en bonne voie pour poursuivre son destin à a tête de la Hongrie. Les élections du 8 avril 2018 le donnent grand favori et rien ne semble avoir de prise sur celui qui s’est fait le chantre de l’anti-immigrationnisme en Europe. Très actif au sein des pays de Visegrad, Orban entame une nouvelle campagne législative avec un soutien important de la population.

Comme une majorité de Hongrois, le Premier ministre s’oppose à l’immigration et a pris diverses mesures pour contrer la vague migratoire qui touche l’Europe depuis quatre ans.

Anti-communiste convaincu du temps de la guerre froide, Orban désigne le nouvel ennemi : « Aussi absurde que cela puisse paraître, le danger que nous affrontons vient de l’Ouest, de politiciens à Bruxelles, Berlin et Paris […] Bien sûr, nous combattrons et nous utiliserons tous les recours juridiques possibles. Le premier est notre loi ‘anti-Soros’ ». Des déclarations qui rendent le Premier ministre très populaire en Hongrie et qui font de lui la bête noire des institutions européennes et des ONG pro-immigration.

« Partout, (Soros) veut qu’on accepte l’immigration. Ça ne marchera pas. Nous ne sommes pas seuls, nous combattrons ensemble (…) et nous vaincrons ». Le projet de loi « anti-Soros » prévoit que les ONG qui aident les migrants devront s’acquitter d’une taxe équivalente à 25 % de leurs revenus. Toute ONG jugée dangereuse pour la « sécurité nationale » sera interdite par le ministère de l’Intérieur sur le sol hongrois. Il s’agit là d’une véritable déclaration de guerre aux élites européennes généralement pro-immigrationnistes.

Laisser un commentaire