La Russie fait-elle sa salade en Macédoine ?

La Russie fait-elle sa salade en Macédoine ?

Alors que Skopje s’apprête à voter pour changer le nom de la Macédoine, la Russie est accusée d’ingérence. Le processus de changement de nom est long et ouvre la voie à une probable adhésion du pays à l’OTAN et à l’Union européenne. Une perspective qui ne plait pas à Moscou qui se défend pourtant de toute tentative d’influence dans ce dossier sensible.  

En visite à Skopje ce lundi 17 septembre, le ministre américain de la Défense, Jim Mattis a réitéré les encouragements de Washington pour une victoire du « oui » à l’occasion du prochain référendum qui se tiendra en Macédoine. Le scrutin prévu le 30 septembre a pour objet le changement de nom du pays. Après un quart de siècle de disputes avec la Grèce, les deux voisins se sont mis d’accord pour que la Macédoine prenne officiellement le nom de République de Macédoine du Nord. Athènes et Skopje ont conclu un accord historique le 17 juin dernier, mais le chemin vers la ratification et semé d’embûches russes selon certains protagonistes.

Depuis son indépendance, la Macédoine rêve de devenir membre de l’OTAN et de l’Union européenne. Un rêve qui s’est brisé contre le veto grec et qui pourrait enfin devenir réalité grâce à cet accord conclu avec son vigilant voisin. La première étape consiste en un referendum où une majorité d’électeurs doit se prononcer en faveur du « oui » afin que le Parlement puisse engager une réforme constitutionnelle. Un processus que tenterait de saboter la Russie via une grande campagne d’influence visant à l’échec du prochain referendum. Un échec non pas sous forme de victoire du « non », mais sous celui d’une forte abstention. Si moins de la moitié des électeurs se déplacent le jour J, la question devra passer devant le Parlement.

Moscou n’a jamais caché son hostilité à cet accord, mais se défend de toute ingérence dans ce processus démocratique. Il y a quelques semaines, la Grèce s’était pourtant émue d’une campagne d’influence russe contre la conclusion d’un accord avec la Macédoine. Deux diplomates russes avaient alors été expulsés. La campagne référendaire risque de faire encore parler d’elle avant un résultat prévu le soir du dimanche 30 septembre.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.