Vers une réélection facile d’Aliev en Azerbaïdjan

Vers une réélection facile d’Aliev en Azerbaïdjan

En ce mercredi 11 avril, les électeurs azerbaidjanais sont invités à se rendre dans les bureaux de vote afin d’élire leur président de la République. Cette présidentielle anticipée ne laisse place à aucun doute et devrait être un triomphe pour Ilham Aliev au pouvoir depuis 2003. Sept candidats font face à l’actuel leader, mais les principaux partis d’opposition dénoncent un scrutin joué d’avance.  

Le 11 avril 2O18 devrait rester dans l’Histoire azerbaidjanaise comme la confirmation d’un pouvoir bien accroché aux épaules de la famille Aliev. Le pays est dirigé depuis les années 1960 par cette famille et c’est le fils, Ilham qui a repris le flambeau en 2003 (réélu en 2008 et 2013) avec un certain succès notamment dans le développement de l’économie et des infrastructures du pays. Mais le long règne de la famille Aliev est largement critiqué par l’opposition qui pointe du doigt des trucages généralisés et un pouvoir toujours plus autoritaire.

Les principaux partis d’opposition ont refusé de désigner un candidat pour ces élections anticipées de six mois. Ces derniers assurent que le calendrier a été avancé afin d’empêcher la mise en place de garde-fous contre des manipulations électorales. Une critique à peine relevée par le régime qui souligne que sept candidats viennent concurrencer Ilham Aliev.

Cependant, le résultat ne fait aucun doute, car les dernières présidentielles ont été largement remportées par Aliev et aucun des sept autres candidats n’est vraiment connu des électeurs. Certains d’entre eux ont même appelé les Azerbaidjanais à voter pour le président actuel. Une situation ubuesque qui vient renforcer les critiques à l’encontre du régime. Grâce à un changement constitutionnel, Ilham Aliev aura les mains libres pendant les sept prochaines années

Laisser un commentaire