Disparition et démission du président d’Interpol

Disparition et démission du président d’Interpol

Un romancier aurait-il pu imaginer la trajectoire de Meng Hongwei ? L’affaire qui a éclaté il y a maintenant dix jours constitue la trame d’un incroyable scénario qui ferait le bonheur des amateurs de polar. Mais la disparition de Meng Hongwei est bien réelle et surtout inattendue pour le président d’Interpol. Un ex-président plutôt puisque sa lettre de démission « à effet immédiat » a été reçue au siège de l’organisation hier soir.

Le président d’Interpol pourrait être considéré comme l’un des hommes les plus puissants et informés au monde. Meng Hongwei apprend à ses dépens qu’il n’en est rien. Citoyen de la République populaire de Chine, il a été élu à la présidence d’Interpol en 2016 malgré les réactions plus que froides des ONG. Meng Hongwei a disparu depuis plus d’une semaine juste après que son avion ait atterri en Chine. Le dernier message envoyé à sa femme est inquiétant. Un simple « Attends mon appel » suivi peu après d’un émoticône en forme de couteau. Depuis, les spéculations vont bon train et l’organisation internationale basée à Lyon est sans nouvelle de son chef.

La femme de Meng Hongwei a rapidement alerté les autorités françaises et pense que son époux est en danger. Après de longues journées d’un silence assourdissant, les autorités chinoises ont publié un communiqué laconique dans lequel Meng Hongwei est accusé d’avoir « violé la loi ». Hier, Interpol s’est exprimé sur cette affaire via Twitter en indiquant que la démission de son président avait été reçue avec « effet immédiat ». Les raisons de cette démission (contrainte ?) restent obscures même si Pékin s’est fendu d’un nouveau communiqué ce matin dans lequel le désormais président d’Interpol est accusé d’avoir « accepté des pots-de-vin ».

Ces accusations ne précisent pas si ces pots-de-vin auraient été touchés dans le cadre de son mandat à Interpol. Il semble que le pouvoir central chinois veuille se débarrasser d’un individu qui ne roule pas assez pour l’écurie du président Xi Jingping. Ce dernier est arrivé au pouvoir en 2012 et n’a eu de cesse de renforcer sa mainmise sur l’Etat. Les accusations en corruption sont monnaie courante en Chine pour se défaire d’adversaires politiques. L’épouse de Meng Hongwei assure que son mari est victime d’une telle machination. La France a ouvert une enquête sur sa disparition.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.