Les Scythes orientaux livrent leurs secrets

Les Scythes orientaux livrent leurs secrets

C’est une découverte qui ne va pas passer inaperçue au sein de la communauté des archéologues. Fin juillet, une grande tombe a été découverte inviolée dans les montagnes du Kazakhstan. Des pièces d’or, des bijoux et des flèches ont été retrouvés environ 3 000 ans après avoir été ensevelies en l’honneur de dignitaires Sakas. Ce peuple nomade peu connu va pouvoir livrer quelques uns de ses secrets et compléter les connaissances sur les peuples qui ont vécu en Asie centrale il y a trois millénaires.

Les Sakas. Ce peuple est certainement inconnu de la plupart des lecteurs. Il l’est à peine plus de la part des archéologues qui ont retrouvé des traces de ce peuple nomade, mais sans pouvoir en connaître assez sur leurs mœurs et conditions de vie. Une découverte unique faite fin juillet risque de changer la donne grâce aux nombreux artefacts retrouvés intacts dans une large sépulture Saka. L’incroyable trouvaille est le fruit de recherches menées par des scientifiques de l’Institut d’archéologie Margulan (Astana).

Environ 3 000 artefacts dont beaucoup de pièces de monnaie et des bijoux en or ont été déterrés. La tombe a traversé l’usure du temps et les pillages. Dans Sciences et Avenir, l’historien Iaroslav Lebedinsky explique que retrouver « de tels sites inviolés de nos jours demeure rare. Les pillages sont fréquents ». Le site découvert est grand de plusieurs dizaines de mètres et n’a certainement pas révélé tous ses secrets encore.

La civilisation Saka s’est étendue aux confins du Kazakhstan, de la Russie, de la Mongolie et de la Chine. Elle constitue donc un chaînon dans la longue histoire des peuples nomades qui ont traversé cette région du monde pendant des millénaires. Parfois surnommés les Scythes orientaux, les Sakas ont une occasion unique de sortir de l’anonymat et d’émerveiller leurs descendants 3 000 ans après avoir foulé les steppes d’Asie centrale.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.