Mondial de football : les grandes équipes européennes au tapis

Mondial de football : les grandes équipes européennes au tapis

Alors que tous les quarts de finale sont désormais connus, l’heure du premier bilan a sonné pour les équipes déjà éliminées. Et il est peu de dire que certaines grosses écuries européennes vont devoir affronter un (long) travail de reconstruction. Les favoris allemands et espagnols sont au tapis, le Portugal est hors course tandis que la Russie a déjà remporté son mondial en créant la sensation face à l’Espagne.

Dans le football moderne, il y a les stars, les statistiques, mais aussi les surprises qui font tout le charme d’une grande compétition internationale. Arrivées en Russie avec des ambitions différentes, les 32 équipes ont connu des fortunes diverses qui n’ont pas épargné plusieurs des favoris. La première équipe européenne à s’être distinguée de la plus mauvaise des manières n’est autre que l’équipe championne du monde en titre. L’Allemagne a quitté la compétition à l’issue de la phase de poule (une première dans son histoire) qui l’a sanctionnée de deux défaites pour une seule petite victoire à l’arraché.

Rentrés bredouilles et abasourdis de Russie, les Allemands ont vite été imités par les Espagnols (champions du monde en 2010) et les Portugais (champions d’Europe en titre). Ces deux équipes avaient pris les premières et deuxième places du B après avoir livré des prestations plutôt convaincantes. Les partenaires de Cristiano Ronaldo sont tombés sur un os appelé Uruguay qui pourrait aussi mettre un terme aux espoirs français si d’aventure le quart de final prévu ce vendredi 6 juillet tournait en leur faveur. Les Espagnols ont quant à eux livré un match poussif face à des Russes qui n’ont rien proposé. La séance des tirs au but a été cruelle pour la Roja et a permis au pays organisateur de prolonger l’aventure.

Il ne reste plus, à ce stade, que la France (et dans une moindre mesure l’Angleterre) parmi les grandes nations européennes du football. Ce mondial est décidément plein de surprises, et il pourrait – pourquoi pas – déboucher sur le sacre d’une équipe moins connue mais aux dernières performances de haute volée (Croatie, Belgique et dans une moindre mesure la Suède). A moins que les ogres uruguayens et brésiliens n’en décident autrement. Tout est ouvert et les supporters déçus ou encore en course restent mobilisés devant leur écran.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.