La Chine encore ciblée par Donald Trump

La Chine encore ciblée par Donald Trump

Donald Trump persiste et signe. Le président américain a engagé un bras de fer commercial avec son rival, mais néanmoins partenaire chinois. La taxation de produits chinois d’une valeur de 34 milliards de dollars a débouché sur des représailles de Pékin et la même ampleur. Mais la réaction chinoise n’a eu pour d’autre effet que d’énerver le locataire de la Maison Blanche qui menace de taxer pour 200 milliards de produits supplémentaires. Washington affirme que la porte des négociations est ouverte, mais c’est bien la hache de guerre qui est brandie.  

Le président américain est un fils du libéralisme, mais sa première année et demi au pouvoir a montré qu’il n’hésite pas à user de techniques peu orthodoxes pour arriver à ses fins sur le plan international. Ainsi, après avoir relevé les taxes à hauteur de 25 % sur 34 milliards de dollars de produits chinois, Trump envisage sérieusement de continuer dans cette voie avec 200 milliards de dollars supplémentaires. Et il ne pourrait s’agir que d’une étape dans le conflit commercial qui oppose aujourd’hui les Etats-Unis à la Chine.

Pékin avait réagi en taxant de manière proportionnelle les produits américains et cette réponse, au lieu de calmer Donald Trump, semble l’inciter à aller plus loin dans la démarche. La Chine a appelé les Etats-Unis à « revenir à la raison » et le porte-parole chinois des Affaires étrangères a « enjoint les Américains à avoir une attitude décente, à ne pas tenter un quelconque chantage. Cela ne fonctionne pas avec la Chine ».

Les Chinois semblent prêts à discuter tout en ne se laissant pas intimider par les coups de pression venus des Etats-Unis. Paradoxalement, plusieurs responsables américains ont aussi déclaré que la table des négociations était à disposition. Pourtant, les canaux officiels entre les deux pays demeures très silencieux et rendent une aggravation de la crise plus que probable.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.