Quelle mémoire pour la Shoah en Pologne ?

Quelle mémoire pour la Shoah en Pologne ?

Les lois mémorielles provoquent – avec raison – d’intenses débats. Faut-il laisser le soin au législateur de dire ce qui s’est passé au cours des années ou des siècles derniers ? La question se pose avec acuité en Pologne où un texte sur la Shoah a finalement été adopté par le Sénat. Il est désormais interdit de parler de « camps de la mort polonais ». Une négation du génocide ? La loi souhaite uniquement ne pas associer la Pologne aux crimes de l’Allemagne nazie, mais la démarche est contestée notamment par le gouvernement israélien.

Le choix des mots pour décrire la Seconde Guerre mondiale et son lot d’horreurs est important. La chose est d’autant plus vraie en Pologne où la loi punit désormais à des amendes, voire à de la prison ferme (d’une durée maximale de trois ans) tout propos qui ferait endosser « la nation ou l’Etat polonais » des crimes commis par les nazis. Les ultra-conservateurs au pouvoir entendent ainsi « protéger l’histoire polonaise » et « envoyer un message au monde » : plus aucune « insulte » à la Pologne ne sera tolérée.

Pourtant, le message reçu est tout autre au regard des réactions suscitées par ce vote. Les Etats-Unis ont exprimé leurs « inquiétudes » quant aux « conséquences » d’un tel texte qui permet toutefois des dérogations pour des œuvres artistiques et scientifiques. Malgré tout, de nombreux artistes polonais sont sur la ligne américaine et demande à ce que le texte soit amendé. Le texte doit être signé par le président de la République polonaise pour faire force de loi. Une simple formalité qui ne souffrira pas de la vive réaction israélienne.

C’est en effet en Israël que les réactions sont les plus critiques. Benyamin Netanyahou s’est « opposé fermement » au texte, rappelant que « l’histoire ne peut être modifiée et [que] nul n’a le droit de nier l’Holocauste ». Une déclaration qui tronque la portée du texte polonais, mais qui pourrait trouver sa réponse législative avec le vote d’un texte de loi condamnant à des peines de prison « ceux qui réduisent ou nient le rôle de ceux qui ont aidé les nazis dans les crimes commis contre les Juifs ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.